Actualités

Reconstruction de la Métropolitaine: la Ville veut prendre part à la planification

Reconstruction de la Métropolitaine: la Ville veut prendre part à la planification
Photo by: Yves Provencher / Metro

Alors que la mairesse de Montréal entend prendre part à la planification de la réfection majeure de la Métropolitaine, des experts en mobilité réclament l’inclusion de projets de transport collectif dans les travaux à venir.

Valérie Plante a réclamé vendredi sur Twitter «une réflexion à l’échelle métropolitaine» dans la modernisation de l’autoroute la plus achalandée de la province, sur laquelle circulent chaque jour 193 000 véhicules en moyenne.

«On ne peut pas refaire à l’identique», a-t-elle écrit dans un gazouillis qui a été effacé quelques heures plus tard, ajoutant qu’elle et la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, sont «engagées à travailler ensemble pour faire de ce projet une réussite».

Selon le Journal de Montréal, Québec envisage actuellement de reconstruire «à l’identique» la Métropolitaine, dont la première partie a été construite en 1959. Cette autoroute de 21 kilomètres resterait ainsi surélevée sur une distance de près de 6 km et conserverait trois voies dans chaque direction.

Les travaux à venir au cours de la prochaine décennie, évalués à plusieurs milliards de dollars, constitueront essentiellement la réfection majeure des 59 structures qui composent cette autoroute, rapporte le Journal de Montréal.

«Nous, ce qu’on dit, c’est que c’est l’opportunité de voir ça de façon plus globale, dans une vision métropolitaine, pour la sécurité et pour l’aménagement», a réagi en après-midi l’attachée de presse de la mairesse de Montréal, Geneviève Jutras, ajoutant que la Ville «est prête à collaborer» avec Québec dans la planification de ces travaux majeurs.

Plus de transport en commun réclamé

Deux experts consultés par Métro vendredi estiment que la réfection de la Métropolitaine doit inclure des projets en transport en commun afin de lutter contre la congestion routière qui affecte quotidiennement des milliers d’automobilistes qui empruntent cette autoroute.

«Refaire la Métropolitaine à l’identique, c’est un projet des années 50. Quand on refait un axe routier, en 2018, il faut penser aux moyens de faire une place plus grande au transport en commun», a réagi le président de l’organisme Trajectoire Québec, François Pépin, qui propose notamment l’ajout d’un système rapide par bus qui disposerait d’une voie réservée.

Un point de vue partagé par la professeure au département d’études urbaines de l’Université du Québec à Montréal et experte en mobilité, Florence Junca-Adenot, qui estime que l’ajout sur cette autoroute d’une voie réservée aux autobus de la Société de transport de Montréal «pourrait permettre de réduire la congestion routière dans le secteur».

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *