Montréal

Montréal lance une pétition sur le Publisac en vue d’une consultation publique

Montréal lance une pétition sur le Publisac en vue d’une consultation publique
Photo: Archives Métro

La Ville de Montréal a mis en ligne mercredi une pétition qui pourrait mener à une consultation publique sur le Publisac. Une première dans la métropole. Cette démarche est réclamée depuis plusieurs mois par le citoyen engagé Charles Montpetit et son mouvement populaire Antipublisac.

Le principal intéressé s’est dit fier de ce dénouement «après un duel administratif de plusieurs mois» qui a fait beaucoup de bruit dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ayant d’abord choisi de renvoyer la balle aux arrondissements, la Ville a finalement choisi d’en faire une affaire de compétence centrale, il y a quelques semaines. 

«C’est l’aboutissement de trois mois de travail, donc c’est une grande émotion», a reconnu M. Montpetit en point de presse. «On demande que les sacs de plastique soient remplacés par un emballage qui ne nécessite pas un tri à part parce que présentement, on ne peut pas recycler le sac de plastique qui contient les circulaires, à moins que le sac et le contenu aient été séparés.»

«Les gens jettent ça dans le bac de recyclagle et ne se rendent pas compte que ce ne sera pas recyclé si ce n’est pas séparé et les centres de tri sont trop débordés. Ils ne peuvent pas faire ça», a-t-il martelé.

Dans sa demande, M. Montpetit exige que le choix de recevoir le Publisac revienne aux citoyens. S’ils acceptent, ils pourraient afficher sur leur résidence «un logo représentant une circulaire entourée d’un cercle bleu», a-t-il suggéré.

La Ville devrait aussi demander que le sac de plastique contenant les publicités soit remplacé «par un emballage qui n’a pas à être séparé du contenu pour être recyclé», a indiqué Charles Montpetit. Ce dernier souhaite aussi que la Ville «veille à remettre des amendes» quand le Publisac est distribué à des citoyens qui ne veulent pas le recevoir.

«Ces mesures rédui­ront fortement les 500 tonnes d’articles publicitaires distribués chaque semaine, comme la Loi canadienne anti-pourriel le fait pour les circulaires en ligne en limitant leur diffusion aux gens intéressés. Cela mettra aussi fin à l’usage hebdomadaire de 900 000 sacs de plastique qu’il faut présentement trier à part avant le dépôt dans un bac vert.» – Charles Montpetit

La responsable de la transparence et de la démocratie, Laurence Lavigne Lalonde, a reconnu mercredi matin, lors d’une séance du comité exécutif, l’importance d’agir dans ce dossier. «C’est une question qui nous préoccupe beaucoup, la quantité de papier qui est utilisée pour la distribution de porte à porte de publisacs, a-t-elle détaillé. On trouve que c’est quelque chose d’intéressant pour nous aider à réduire la quantité de papier qui est distribuée.»

«Je pense que c’est un sujet qui est vraiment d’actualité. Les gens veulent vraiment une réduction de la matière à la source pour qu’on envoie le moins de choses dans les centres de tri et les centres d’enfouissement», a-t-elle ajouté en mêlée de presse, insistant sur le fait qu’il s’agit «de la première fois [que la Ville de Montréal] a un droit d’initiative en ligne».

15 000 en trois mois
Pour qu’une consultation publique soit organisée sur le Publisac, pas moins de 15 000 signatures devront être recueillies d’ici le 11 juin prochain. Jeudi en matinée, déjà près de 5000 citoyens l’avaient signée. Si l’objectif est atteint, le comité exécutif pourrait mandater l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) ou une commission permanente de coordonner la suite des choses.

M. Montpetit estime que les signatures nécessaires seront rapidement amassées, puisqu’il peut compter sur l’aide d’organismes environnementaux, tels que Équiterre, Condition Climat Montréal, Greepeace et la Fondation David Suzuki.

«Le mouvement ne s’arrêtera pas là, a prévenu Charles Montpetit. Des sympathisants soumettent actuellement des propositions simi­laires aux élus municipaux de bien d’autres villes du Québec.» Il a souligné que mis «bout à bout», les 182 millions de sacs de circulaires «dont les militants veulent contrôler le flot à travers la province feraient 2,5 fois le tour de la planète chaque année».

En décembre dernier, le président de Transcontinental, François Olivier, avait confié à Métro qu’il entendait se présenter à l’hôtel de ville de Montréal en 2019 pour défendre le Publicsac, un produit «géré de façon écoresponsable», selon lui.

«Ça va être une opportunité pour voir comment aider», avait-il indiqué, évoquant la possibilité de donner un coup de main aux centres de tri en «éduquant les consommateurs», notamment en leur expliquant de retirer les publicités des sacs de plastique.

Avec la collaboration de Zacharie Goudreault 

Commentaires 19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Serge Daigno

    M. Montpetit, bravo pour votre initiative, un labeur qui aboutira, espérons-le, en une véritable avancée dans le rétablissement d’un environnement en santé.

  • Bouchard felix

    Moi je suis pour l’abolition des Publisac

  • Yves Gauthier

    Toutes les Villes du Québec doivent avoir accès au choix de réduire les matières non-recyclables dans leur ville. Du même coup, un étiquette propre et clair à chaque résidence pour le refus des publicités non sollicitées.

  • s dionne

    il serait temps d’abolir ces sacs partout au Québec, on nous dis de moins utiliser de papier et rendu à la maison et reçois un sac en plastique bourré de papier que l’on mets au recyclage sans même le consulter. Quel gaspille.

  • Nicole Lavoie

    Moi j’aime recevoir mon publisac que j’épluche au complet sans parler de notre petit journal local. J’ai des connaissances qui font pareil. JE VEUX MON PUBLISAC! Et j’en dispose écologiquement!

  • Serge Gauthier

    J »aime recevoir mon publisac que je regarde au complet et notre petit journal local.

  • FRANCINE GOUDREAULT

    Je tiens à recevoir mon publisac toutes les semaines.

  • Sylvie Renaud

    Bonjour, je tiens MORDICUS à mon Publisac à domicile. C’est tellement pratique pour nous. Une semaine sans Publisac c’est une semaine sans soleil. Je le redis haut et fort, OUI je tiens à mon Publisac à domicile. Bonne semaine et bonne continuité!

  • LINDA ASSELIN

    Moi je suis d’accord à le recevoir toutes les semaines. Merci

  • Séléna

    Je tiens a garder mon Publisac et aussi sauvegarder les emploie , il y a beaucoup d’autres choses a faire pour sauver l’environnement.

    Merci !

    • JP

      Et pourquoi on ne pourrait pas toutes les faire c’est choses.

  • Lucie

    Je veux recevoir mon publi-sac toutes les semaines.Je consulte toutes les circulaires ainsi que le journal local.Consulter les circulaires sur internet s’avère très ardu presque illisible,je déteste.Je suis écolo je recycle tout ce qui est recyclabe.J’y tiens c’est indispensable pour moi .

  • Sandra Clermont

    Je regarde et épluche les circulaires chaque semaine, pour faire un choix ou acheter mes produits,
    Déboussolé un peu si je n’ai reçu avant de faire l’épicerie.
    Je recycle le tout. Sois recyclage ou fond de bac pour le compost.
    De plus cela fait travailler beaucoup de gens beau temps mauvais. je les trouve bien courageux .
    J’aime mon Publisac.
    Merci
    Je suis de ceux qui déteste magasiner virtuellement.

  • Bondue

    Le public sac en néssaire pour les personnes agées

  • Francine Du Temple

    Je désire mon Publisac, c’est essentiel pour moi. C’est ainsi que je compare les prix de mes achats selon mes besoins.

  • orle

    Je souhaite vraiment recevoir le publisac. Très important pour moi et d’autant plus, je suis très écologiste je fais mon compostage et je fais le trie du recyclage.

    • JP

      Ici, on dirait que les principales personnes qui veulent garder les publisacs s’appellent Diane, Carole, Francine, Lucie, Linda, Sylvie, Serge. Je ne veux pas faire du âgisme, mais on dirait que pour le moment, on a principalement l’opinion d’une génération. Il faut faire attention à ne pas se complaire en voyant qu’il y a beaucoup de commentaire ressemblant au notre. Personne n’est à l’abris du biais cognitif de Tribu. Bon, il y a une Sandra, j’avoue :).

  • diane lefebvre

    Moi j aime mon publisac et je surveille si il est arrivé le mercredi ,je le regarde au complet et le sac de plastique je mets mes cacas chien…

  • Carole calouette

    Je tiens a mon publisac enormement je l,attend impatiement toutes les semaines.