Montréal

Montréal en quête de solutions pour réduire l’usage de la voiture

Photo: Archives

La Ville de Montréal a lancé un processus de consultation en ligne afin de mieux comprendre quels sont les freins qui empêchent de nombreux Montréalais de délaisser leur voiture pour se déplacer au quotidien.

Au début du mois, la Ville a lancé un questionnaire en ligne demandant aux Montréalais de détailler l’utilisation qu’ils font de leur voiture et les raisons qui les ont amenés à conserver ou à se débarrasser de celle-ci, le cas échéant.

«En moins d’un mois, on a eu 2000 répondants», s’est réjouie en entrevue à Métro la présidente de la Commission sur le transport et les travaux publics, Marie Plourde, qui envisage une «augmentation exponentielle» de la participation à ce questionnaire en ligne d’ici sa fermeture le mois prochain. 

Quelque 400 citoyens se sont par ailleurs déjà inscrits aux ateliers qui suivront en septembre. Les Montréalais et les organismes seront ensuite appelés à déposer des mémoires qu’analysera la commission permanente afin de faire adopter ses recommandations par les élus municipaux en décembre. Un rapport de consultation sera ensuite déposé en janvier 2020.

«Le but, ce n’est pas de faire en sorte que tout le monde se débarrasse de la voiture, c’est plutôt de comprendre quels sont les freins qui font que certaines personnes n’y arrivent pas», a expliqué Mme Plourde, qui a souligné que ce processus de consultation a été peaufiné en collaboration avec la Chaire Mobilité de Polytechnique Montréal et la Société de transport de Montréal (STM). 

Plan de mobilité
L’objectif final de cette démarche est de permettre à la Ville de créer, d’ici deux ans, un nouveau plan de mobilité qui viendra mettre à jour le plan de transport de 2008 adopté sous l’administration du maire Gérald Tremblay.

Ce plan soulignait d’ailleurs déjà l’importance d’inciter à la réduction de l’utilisation de la voiture, par exemple en construisant un tramway ou en mettant en place des incitatifs au covoiturage.

«Il y a beaucoup de choses qui sont apparues depuis ce temps-là. En 2008, on ne parlait pas de véhicules autonomes et de mobilité intelligente», a commenté le président de Trajectoire Québec, François Pepin.

Un constat que partage Marie Plourde, qui a rappelé qu’il n’y avait pas, «à l’époque», autant de projets de transport collectif sur la table, comme le Réseau express métropolitain ou le service rapide par bus sur le boulevard Pie-IX, dont la mise en service est prévue en 2022.

«Maintenant, pour pouvoir investir des sommes de manière efficace, il faut analyser toutes ces nouvelles données-là», a souligné l’élue, qui espère que ces investissements en transport en commun permettront éventuellement de réduire l’utilisation de la voiture, qui continue de grimper annuellement dans la métropole.  

«Avant d’inciter les gens à abandonner l’auto, il faut que le transport collectif soit meilleur.» -François Pepin, président de Trajectoire Québec

Intermodalité
L’élue de Projet Montréal entretient également beaucoup d’espoir dans le projet Céleste mis de l’avant par la STM, soit la création éventuelle d’un abonnement unique à de nombreux modes de transport, comme BIXI, Communauto, le réseau du métro et le train de banlieue. Une telle initiative, actuellement à l’étude, permettrait de réduire les difficultés encourues par ceux qui utilisent divers modes de transport en leur permettant de payer pour l’utilisation de ceux-ci sur une seule et même «facture intégrée», a souligné Mme Plourde.

«Quand tout va être intégré sur une même plateforme, ça va permettre aux gens de choisir l’option la plus rapide. C’est une bonne chose», estime M. Pepin.

Ce dernier croit en outre que des mesures écofiscales, comme la mise en place de péages routiers ou d’un système de tarification kilométrique pour les voitures, permettrait d’inciter plus d’automobilistes à opter pour le transport en commun.

«Ce qu’il faut, c’est que tu paies en fonction du niveau d’inconvénients que tu entraînes pour la société», a-t-il dit.

Articles récents du même sujet