Montréal

Les syndiqués de la SQDC dans Rosemont se dotent d’un mandat de grève

Les syndiqués de la SQDC dans Rosemont se dotent d’un mandat de grève
Photo: Archives/Métro

MONTRÉAL — Les syndiqués de la Société québécoise du cannabis de la succursale de Rosemont – Petite-Patrie, à Montréal, viennent de se doter d’un mandat de grève — le premier qui touche la SQDC depuis qu’elle a été créée.

Ces 21 travailleurs sont membres du syndicat des Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) qui est affilié à la FTQ. Et le mandat de grève générale et illimitée a été voté à l’unanimité.

Les salaires sont au coeur du litige. Le salaire d’embauche est de 14 $ l’heure à la SQDC.

Au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne, mardi, le président du conseil provincial des TUAC-FTQ, Antonio Filato, a déploré le fait que les conditions de travail des employés de la SQDC soient comparées à celles qui prévalent dans le commerce de détail. Or, ces travailleurs ne vendent pas un produit comme un autre; ils ont aussi une mission sociale reliée à la santé-sécurité du public, a-t-il fait valoir.

De plus, il dit ne pas comprendre que la rémunération des dirigeants de la SQDC soit comparée à celle des dirigeants de la SAQ ou d’autres sociétés d’État, alors que ce n’est pas le cas pour les employés de la SQDC. «Pour les dirigeants, ils comparent les salaires aux sociétés d’État, mais pour les salariés, on va les comparer à d’autres domaines», comme le commerce de détail, où les salaires sont bien moindres, s’insurge M. Filato.

Les parties ont tenu une dizaine de rencontres de négociation à ce jour. Plusieurs clauses normatives de la convention collective ont été réglées jusqu’ici, mais pas les clauses à incidence monétaire comme les salaires, les vacances, les jours fériés, les primes et les bonis.

En arbitrage?

Le président du conseil provincial des TUAC, Antonio Filato, assure que ses membres ne voulaient pas en venir à voter en faveur d’un mandat de grève, mais qu’ils s’y sont résignés pour forcer le Conseil du trésor et la SQDC à débloquer davantage d’argent pour conclure cette première convention collective.

Comme il s’agit d’une première convention collective, il est fréquent que les parties doivent confier le tout à un processus qu’on appelle «arbitrage de première convention». Un arbitre est alors appelé à déterminer le contenu de la première convention collective.

«L’idée, pour nous, ce n’est pas de les sortir en grève. Ça prend le mandat de grève. On va aller devant un conciliateur. Le conciliateur va constater qu’il y a une impasse. Puis on va demander à un arbitre d’imposer les conditions de travail. C’est ça le plan de match qu’on a expliqué à nos gens», a résumé M. Filato.

Et les autres?

En plus de la succursale de Rosemont – Petite-Patrie, les TUAC représentent aussi les syndiqués de la Société québécoise du cannabis dans les succursales de Rimouski et Mirabel. Celles-ci ne sont toutefois pas concernées par le mandat de grève. Mais les choses pourraient changer.

«Après, on va aller voir nos gens à Mirabel et à Rimouski pour leur montrer où on en est rendu. S’ils veulent embarquer dans la stratégie, on va leur dire qu’ils embarquent avec nous, de la même façon que Rosemont, en leur disant exactement ce qui est réglé et ce qui n’est pas réglé», a expliqué M. Filato.

Employeur

Invitée à commenter, la direction de la SQDC a dit «respecter la prérogative des employés d’exercer les moyens de pression convenus au Code du travail».

«Pour la Société, notre priorité est d’en arriver à une entente négociée à la satisfaction des parties, dans les meilleurs délais», a ajouté la direction.

Lia Lévesque, La Presse canadienne