Montréal

Chaleur extrême: la Ville de Montréal «est prête» et en mode prévention, dit Plante

Chaleur extrême: la Ville de Montréal «est prête» et en mode prévention, dit Plante
Photo: Archives Métro

MONTRÉAL — Alors que des températures très chaudes sont prévues pendant quelques jours, la Ville de Montréal a fait savoir qu’elle était en mode prévention, mais qu’elle n’est pas encore en état d’alerte. Le cas échéant, son plan d’intervention est prêt.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a rencontré les médias, mercredi, en compagnie de représentants de la santé publique de Montréal, des services d’urgence et autres, afin de rappeler l’importance d’agir en prévention pour éviter les conséquences des chaleurs extrêmes.

Et à Québec, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a assuré que le réseau de la santé et des services sociaux était prêt à faire face à la situation. Les établissements ont un plan et ils l’ont même renforcé cette année, a-t-elle indiqué en point de presse.

La ministre a aussi souligné que les aires communes avaient été climatisées «dans l’ensemble des CHSLD» (Centres d’hébergement et de soins de longue durée).

Il est reconnu que les personnes âgées sont plus vulnérables aux chaleurs extrêmes, comme les personnes qui ont un problème cardiaque, surtout si elles sont isolées et vivent dans un îlot de chaleur.

«On est vraiment en mode prévention. Bien qu’on ne soit pas en état d’alerte en tant que tel, pour les chaleurs extrêmes, on est prêt», a lancé la mairesse.

À l’été 2018, la vague de chaleur avait fait 66 morts sur l’île de Montréal. Le protocole avait été déclenché à l’époque et 43 000 personnes avaient été rencontrées, a noté la mairesse Plante.

«Quand on voit ce qui se passe ailleurs, je pense que ça inquiète tout le monde ces grandes vagues de chaleur-là. Ce qui s’est passé, le nombre de personnes décédées l’année dernière, c’est absolument troublant de penser que ça puisse se passer chez nous! Aujourd’hui, donc, c’est un message de prévention», a lancé la mairesse.

La Direction régionale de santé publique de Montréal a réitéré les mesures de prévention à prendre durant une canicule, comme le fait de boire de l’eau régulièrement, sans attendre d’avoir soif; de passer deux à trois heures par jour au frais, à l’air climatisé; de réduire les efforts physiques.

De même, elle rappelle qu’il ne faut jamais laisser un enfant seul dans une voiture ou dans une pièce mal ventilée.

Elle conseille aussi de prendre des nouvelles des proches qui sont âgés ou malades, surtout s’ils sont isolés.

Le chef de l’opposition, Lionel Perez, a invité la Ville à aller de l’avant rapidement avec un projet de registre volontaire des personnes se sentant vulnérables en cas de canicules.

«On doit absolument aller de l’avant. Il ne faut pas seulement l’étudier, il faut l’implanter aussitôt que possible. Il n’y a pas de raisons d’attendre», a-t-il confié dans une mêlée de presse.

«Nous savons que les canicules ne font faire qu’empirer. C’est un outil complémentaire qui est facile à implanter et qui aidera les pompiers à mieux gérer les situations problématiques», a-t-il ajouté.

Ensemble Montréal a aussi sommé l’administration Plante de décréter les mesures d’urgence rapidement dans tous les arrondissements, afin «d’agir de façon plus préventive». «On a malheureusement eu une année record de décès l’an dernier. C’est la nouvelle réalité des villes», a aussi indiqué le chef de l’opposition.