Montréal
16:28 10 mars 2020 | mise à jour le: 10 mars 2020 à 20:22 temps de lecture: 3 minutes

Logements: Montréal perd au change dans le budget de la CAQ

Logements: Montréal perd au change dans le budget de la CAQ
Photo: iStock

Pour un deuxième budget provincial de suite, Québec n’alloue aucune somme supplémentaire pour les nouveaux projets de logements sociaux. Montréal, qui demandait 420 M$ pour financer dans l’«urgence» ce secteur, risque de manquer de fonds pour atteindre ses objectifs de construction à court terme.

Éric Girard, déposait mardi son second budget à titre de ministre des Finances. Comme il l’avait fait l’an dernier, l’élu de la Coalition avenir Québec opte pour le financement des projets locatifs déjà annoncés dans les budgets précédents.

Dans les six prochaines années, Québec versera 150 M$ à Accès-Logis, programme destiné à la concrétisation des logements promis, mais toujours pas réalisés. Cette somme touche l’ensemble des régions du Québec et s’ajoute à un total de 260 M$ versé l’an dernier dans ce même programme.

«On a porté à mon attention qu’il manquait toujours 150 M$ pour accélérer le niveau annuel de logements sociaux», a soutenu le ministre Girard dans son discours.

Montréal recevra en principe 58 M$ de cette somme. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, demandait 100 M$ uniquement pour la métropole.

Depuis cet hiver, Mme Plante exhorte le gouvernement à répondre à la pénurie de logement en injectant des fonds immédiatement. Il y a deux semaines, elle avait exigé une enveloppe de 320 M$ sur deux ans afin d’ajouter pas moins de 6 000 logements d’ici 2021.

Si Montréal souhaite annoncer prochainement un nouveau projet locatif, ce sera sans le financement de Québec peut-on déduire à la lumière des mesures budgétaires présentées mardi.

L’argent prévu au budget de l’an dernier promettait la concrétisation d’environ 10 000 logements par le biais d’Accès-Logis. «Depuis les bonifications», la Société d’habitation du Québec a amorcé la construction de 1700 d’entre eux.

«Aveuglement volontaire»

Selon le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Montréal se retrouve acculée au mur. L’organisme avait demandé la semaine dernière la mise en place d’un nouveau chantier de 50 000 logements sociaux sur cinq ans.

Selon la porte-parole du groupe, Véronique Laflamme, Montréal est désormais «condamnée à retarder la livraison des projets de logements sociaux».

«Avec un maigre 0,13% du total des dépenses prévues dans ce budget consacré au développement de logements sociaux, en pleine pénurie de logements, on peut affirmer que le gouvernement caquiste n’en fait pas une priorité.» – Véronique Laflamme

Le ministre des Finances, lui, garde le cap. À son avis, il est plus important de finir la construction des logements prévus que de débloquer des sommes pour permettre de nouveaux projets.

«C’est sûr que les politiciens aiment faire de nouvelles annonces, mais les annonces passées, il faut s’en occuper», a-t-il affirmé aux médias.

Articles similaires