Montréal

Valérie Plante présente sa vision pour «relancer Montréal en 500 jours»

Valérie Plante
La mairesse Valérie Plante. Photo: Josie Desmarais/Métro

En conclusion du congrès annuel de Projet Montréal, dimanche, la chef du parti et mairesse, Valérie Plante, a présenté, en prévision des élections municipales de novembre, sa vision pour «relancer en 500 jours la Ville de Montréal».

«Quand j’envisage la prochaine élection, ce n’est pas sous l’angle d’une simple ré-élection. Nous repartons à neuf avec l’ambition et les moyens de voir très grand pour notre ville», a-t-elle lancé lors d’une allocution virtuelle de près de 15 minutes.

Relancer le tourisme, améliorer le réseau de parcs, ramener la croissance du PIB et du taux d’emploi à des niveaux pré-pandémie ainsi que relancer la vie culturelle sont des buts visés par Mme Plante. Elle dit également vouloir assurer une meilleure accessibilité au marché immobilier et réussir la transition écologique.

«La pandémie a frappé fort à Montréal. Il est clair pour nous que nous ne pourrons pas relever tous les défis du jour au lendemain. Le décompte commence maintenant. Cinq cent jours, c’est le temps dont une administration de Projet Montréal a besoin pour redonner à la métropole son erre d’aller, pour faire en sorte que Montréal renoue avec la croissance d’avant et dans l’économie d’aujourd’hui», précise-t-elle.

La mairesse souhaite notamment produire un nouveau plan d’urbanisme et de mobilité ainsi qu’accélérer le développement immobilier de secteurs dits prioritaires, dont l’Est de Montréal, l’ancien hippodrome de Montréal et Lachine-Est. Cela permettrait d’entamer «le plus grand chantier d’habitation des 50 dernières années».

«Il y a 14,5 millions de mètres carrés de terrains à développer à Montréal, dont 5 millions de mètres carrés dans les secteurs stratégiques qui ont un potentiel immense. Cela se fera avec les promoteurs privés et collectifs ainsi que l’aide des gouvernements du Canada et du Québec et le soutien des organismes dédiés au logement. Les besoins sont immenses et je sais que tous les acteurs sont prêts à agir», soutient Mme Plante.

Congrès

Les membres de Projet Montréal ont ajouté 27 amendements au programme de leur parti au cours du week-end. Plusieurs d’entre eux visaient à introduire des changement aux méthodes de financement et d’intervention du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Une résolution suggérant de revoir la nécessité que tous les agents du corps policier portent une arme à feu a notamment été approuvée. Cette proposition s’inspirerait de l’expérience de certains pays européens, où seules certaines brigades spécialisées sont armées.

Un projet-pilote doit être mis sur pied à cet effet, mais la mairesse n’a pas donné d’échéancier précis pour sa mise en place.

«C’est difficile pour moi de dire si on va pouvoir mettre le projet en application au cours des 500 prochains jours. Mais on va y travailler. Il faut prendre le temps de le faire correctement. On essaie de voir quelle est la meilleure façon d’outiller les policiers en fonction des situations qu’ils rencontrent. Mais on n’est absolument pas en train de dire que demain matin, les policiers n’auront pas d’armes».

– Valérie Plante

Financement

Afin de réformer et réorienter les financements du SPVM, Projet Montréal veut miser sur des services de sécurité publique de proximité, «adaptés aux besoins des citoyens et aux réalités communautaires», en plus de bonifier les ressources en prévention, médiation et cohabitation sociale.

Pour ce faire, on créerait des équipes d’intervention mixtes composées d’agents spécialisés dans chaque poste de quartier.

Le parti souhaite également bonifier la formation des policiers portant sur l’intervention sociale, la médiation, les alternatives à la force, la lutte contre le profilage racial et social, les agressions sexuelles, la violence conjugale et le harcèlement.

Gangs de rue

Afin de lutter contre les gangs de rue, Projet Montréal veut améliorer le soutien aux jeunes marginalisés de 18 à 25 ans, notamment en augmentant le financement disponible pour les initiatives communautaires, et ce particulièrement dans les quartiers du nord et de l’est de l’île.

Cela se ferait notamment en entreprenant des négociations avec Ottawa et Québec afin qu’une partie des profits provenant de la vente légale du cannabis compose une partie du financement de ces initiatives.

Autres résolutions

Une autre résolution approuvée suggère de remplacer et d’interdire progressivement toutes les flûtes d’avertissement de déneigement, en commençant par interdire leur utilisation après 20h. Le parti cherchera donc de nouvelles manières d’avertir les citoyens sans causer autant de pollution sonore.

Le parti s’est aussi engagé de travailler à accélérer les projets de développement de transport collectif dits structurants, tels le prolongement de la ligne bleue, de la ligne rose, de la ligne orange, du tramway vers Lachine et du REM vers l’Est.

Une résolution proposant d’augmenter massivement la plantation d’arbres, plus spécifiquement là où se trouvent les îlots de chaleur, en plantant 500 000 arbres d’ici 2030, a aussi été approuvée.

Lors de la première journée du congrès annuel de Projet Montréal, samedi, le parti avait voté en faveur d’une «taxe kilométrique» sur l’utilisation de l’automobile, notamment, afin de limiter le trafic de transit à Montréal.

Articles récents du même sujet