Montréal

Les problèmes à l’aéroport Montréal-Trudeau pourraient durer jusqu’en août

Photo: Josie Desmarais/Métro

Les voyageurs passant par l’aéroport Montréal-Trudeau ne sont pas au bout de leur peine. L’achalandage monstre, les files d’attente, les bagages perdus et les vols annulés pourraient perdurer jusqu’au mois d’août. C’est du moins ce qu’estime le PDG d’Aéroports de Montréal (ADM), Philippe Rainville.

«On espère être prêt pour la grande période du mois d’août», explique M. Rainville, en entrevue avec Métro. Celui-ci souligne que la majeure partie des problèmes relèvent des compagnies aériennes et non de l’aéroport. «Dans la chaîne, on ne contrôle pas grand-chose. Les vols arrivent en retard. Les bagages, deux ou trois jours plus tard. Même si nos opérations sont stables, ça vient créer des problèmes qui sont hors de notre contrôle.»

Mercredi, le chaos régnait toujours à l’aéroport Montréal-Trudeau, au passage de Métro. Des passagers attendent en file depuis 14 heures, voire plus; d’autres ont perdu leurs bagages et n’ont aucune idée quand ni comment les récupérer.

La situation ne touche pas uniquement Montréal, rappelle M. Rainville. Ce dernier cite de sérieux problèmes dans la «chaîne aérienne». N’empêche, la pénurie de main-d’œuvre ajoute de l’huile sur le feu. L’aéroport compte sur environ 80% de son équipe.

ADM prévoyait que l’achalandage de l’aéroport se situerait entre 70-80% des niveaux constatés avant la pandémie. Or, la fréquentation actuelle des lieux est plutôt analogue à celle observée en 2019. «La reprise est plus forte qu’on ne l’avait anticipée», admet M. Rainville. «On a réembauché le personnel qu’on a laissé aller à travers la pandémie. Il a fallu reformer tous ces gens-là, et évidemment, il y a une courbe d’apprentissage qu’on a dû subir», poursuit-il.

Pour pallier le manque de personnel, Aéroports de Montréal a augmenté «de façon significative» ses salaires. Mais le chaos est tel que la rétention des employés s’avère un nouvel enjeu. Se considérant comme «autosuffisant», l’organisme à but non lucratif n’envisage pas de demander des sommes supplémentaires au gouvernement pour pallier son manque d’employés.

Annulations à prévoir?

Dans le contexte actuel, Aéroports de Montréal considère que les transporteurs devront se résigner à annuler des vols. Des annonces seraient imminentes, estime M. Rainville. «On va devoir réduire les fréquences et les destinations. Ce sont des plans qui seront dévoilés au cours des prochains jours», explique-t-il.

Des restaurateurs disent qu’ils doivent fermer des sections pour mieux servir le nombre de clients. C’est un peu la même chose pour nous.

Phillipe Rainville, PDG d’Aéroports de Montréal

Montréal-Trudeau ne peut pas annuler lui-même les trajets, souligne-t-il. Il s’agit d’une responsabilité des entreprises aériennes. Air Transat a indiqué à Métro qu’elle n’avait pas l’intention d’annuler des vols.

Dans l’intervalle, on conseille aux voyageurs d’arriver au moins trois heures à l’avance, et si possible, de limiter le nombre de bagages.

Investissements

Parallèlement, le gouvernement fédéral investit 105 M$ pour «renforcer les corridors commerciaux» aériens du pays. Une partie de ces sommes sera utilisée dans l’obtention de nouvelles technologies assurant le rendement du réseau aérien «en cas de conditions météorologiques extrêmes», entre autres à Montréal-Trudeau.

Ces technologies viendront aussi faciliter la circulation aérienne.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet