Montréal

Plus de 600 terrains contaminés sur l’île de Montréal

Plus de 600 terrains contaminés sur l’île de Montréal

L’île de Montréal ne compte pas moins de 629 sites considérés comme contaminés par Québec, en plus d’environ 365 terrains fédéraux contaminés dans la région métropolitaine.

Écoulements toxiques des vieux sites industriels, gares de triage sur d’anciens dépotoirs, fuites de pétrole et de BPC… Montréal récolte plus que sa part de terrains lourdement pollués, selon une enquête de six mois réalisée par Les Affaires.

Les données ouvertes des gouvernements québécois et fédéral répertorient 5 593 emplacements qui doivent toujours être nettoyés dans la province.

En 2009, la société de technologies environnementales Ventix a réalisé une étude sur les friches industrielles et leur potentiel de réaménagement dans huit villes, dont Montréal. Dans la métropole, l’étude évalue à 135 km2 la superficie des friches industrielles contaminées, soit plus du tiers de l’île de Montréal.

Il est cependant difficile d’avoir un portrait clair de la situation. Les données de base provenant du provincial souffrent de lacunes importantes: pas de suivi systématique des dossiers, renseignements manquants sur les propriétaires réels des terrains et les travaux effectués, et délais de plusieurs années pour la décontamination.

Certains terrains figurant au Répertoire des terrains contaminés sont même déjà nettoyés, sans que Québec ait approuvé les travaux. «Il arrive des situations où le propriétaire ne nous transmet pas de rapport de décontamination», convient Mathieu Marchand, responsable du pôle industriel au ministère de l’Environnement.

Avec le temps, l’information se perd et le terrain reste inscrit comme étant “contaminé”.» Hugo Joncas

Lire aussi: Aperçu du Montréal toxique et Jardins communautaires contaminés