LaSalle

Parc des Rapides: un écosystème unique au coeur de la métropole

Les ponceaux du parc des Rapides. Photo: Hugo Lorini - TC Media

Le parc des Rapides de LaSalle est un véritable joyau naturel qui abrite plus de 225 espèces d’oiseaux, 66 espèces de poissons, des amphibiens, des reptiles et des mammifères et il constitue la seconde héronnière en importance au Québec.

Site idéal pour observer les rapides de Lachine, ce grand parc d’une superficie de 30 hectares s’étend de la 38e Avenue à LaSalle, jusqu’à la rue Fayolle à Verdun.

«À ma connaissance, il n’existe pas de grandes métropoles qui ont accès gratuitement à un milieu naturel d’une aussi grande envergure», croit Jason Di Fiore, biologiste et directeur d’Héritage Laurentien qui gère l’endroit.

Deuxième héronnière au Québec
Parmi les espèces d’oiseaux observées au parc des Rapides, plus de 50 y nichent durant tout l’été alors que d’autres sont de passage pour manger. «Les oiseaux migrateurs utilisent le fleuve comme repaire visuel et s’arrêtent ici parce qu’il y a beaucoup de nourriture disponible», explique le biologiste.

Située en plein centre des rapides, l’île aux Hérons porte bien son nom. On y retrouve trois espèces de hérons. «Le grand héron est l’oiseau symbole et il y en a de 350 à 400 sur l’île. Il y a aussi 420 nids de bihoreaux qu’on peut voir au coucher ou au lever du soleil. Il y a quelques grandes aigrettes, mais en moins grand nombre», selon le biologiste.

Poissons, tortues et autres
Trois espèces de tortues se reproduisent dans le parc régional et on y retrouve une faune de mammifères, dont des renards et des ratons laveurs, des amphibiens, des reptiles et une colonie de rares couleuvres brunes. Sans oublier plus de 200 espèces de plantes, dont certaines très rares.

Très présent, le vison d’Amérique se veut un prédateur des canetons et des oeufs. Des castors forcent à embrocher les arbres pour les protéger. «Certains creusent sous le broche pour gruger l’arbre», selon le biologiste d’Héritage Laurentien.

Depuis 2008, Héritage Laurentien fait le suivi des espèces de poissons et organise une activité de pêche scientifique chaque dimanche, de mai à octobre. «On utilise un filet d’une centaine de pieds. On le déploie, on le ramène et on fait le décompte des poissons. Près de 56 espèces ont été recensées», explique Jason Di Fiore.

Gestion écologique du site
Le parc des Rapides accueille 350 000 personnes annuellement sur la jetée et quelque 500 000 en incluant les berges (terre ferme). Les visiteurs proviennent surtout de LaSalle et de la région de Montréal.

«Tout est gratuit et c’est un parc animé, patrouillé, surveillé et contrôlé au niveau des impacts sur l’environnement», explique le biologiste.

Héritage Laurentien assure la gestion écologique avec un budget annuel de 205 000$ provenant de l’arrondissement et d’environ 25 000$ en subventions diverses, pour un total de 230 000$.

Son équipe est constituée de biologistes, d’horticulteurs, techniciens forestiers, etc. «Un projet fédéral couvre une partie du salaire d’étudiants en été. On a entre 25 et 30 employés durant la haute saison, en plus de huit étudiants», précise Jason Di Fiore.

Information: http://www.heritagelaurentien, org 514 367-6540.

Articles récents du même sujet