National
13:06 21 août 2017 | mise à jour le: 21 août 2017 à 13:50 Temps de lecture: 4 minutes

L’éclipse solaire en cinq points

L’éclipse solaire en cinq points
Photo: APIn this photo taken Friday, Aug. 18, 2017, fourth graders at Clardy Elementary School in Kansas City, Mo. practice the proper use of their eclipse glasses in anticipation of Monday's solar eclipse. Schools around the country preparing for the solar eclipse are reacting in a variety ways, with some using the event for a full day of science lessons and others closing to avoid the crush of crowds expected in their towns. (AP Photo/Charlie Riedel)

MONTRÉAL — Le Canada et les États-Unis pourront profiter lundi d’une éclipse solaire qui sera totale ou partielle selon le lieu où l’on se trouve. La Presse canadienne s’est entretenue avec Sébastien Giguère, coordonnateur scientifique et responsable de l’éducation à l’ASTROlab du Mont-Mégantic pour en savoir davantage sur l’un des phénomènes «les plus bouleversants et grandioses» à observer sur Terre, selon plusieurs experts.

Voici ses explications résumées en cinq points:

— Un phénomène relativement fréquent

«Du point de vue global, de la Terre, ce n’est pas quelque chose qui est extrêmement rare, il y en a chaque six mois environ», a expliqué M. Giguère. Cependant, il faut remonter à 1979 pour retrouver la dernière éclipse totale en Amérique du Nord. Les experts jugent qu’un endroit précis est touché par une éclipse totale environ tous les 400 ans. Mais cette fois-ci, par une «coïncidence incroyable», la ville de Carbondale, en Illinois, pourra voir une éclipse totale cette année et en 2024. «Cette ville-là va vivre deux éclipses totales en moins de sept ans, ce qui est fabuleux. On dit 400 ans en moyenne, mais ça peut être 1000 ans sans avoir d’éclipse à un endroit donné», a ajouté M. Giguère.

— Une éclipse partielle au Québec et au Canada

Les Québécois et Canadiens ne pourront pas voir d’éclipse solaire totale lundi; le Soleil ne sera que partiellement caché. Selon les régions du pays, d’Est en Ouest, la Lune couvrira entre 31 et 89 pour cent du Soleil. Au Québec, où 40 à 50 pour cent du Soleil sera caché, le phénomène pourra être observé en après-midi, alors que dans l’Ouest, ce sera plutôt en matinée. À Montréal, vers 13 h 21, la Lune commencera à cacher le Soleil et atteindra son point maximal à 14 h 38, pour se tasser complètement à 15 h 50. Pour les villes situées plus vers l’Est, le spectacle commencera quelques minutes plus tard. Il faut toutefois espérer que le ciel soit dégagé pour que le phénomène soit bien visible.

— Rendez-vous en 2024

Le 8 avril 2024, en après-midi, le Québec aura sa première éclipse totale depuis le 10 juillet 1972. L’éclipse totale pourra alors être observée à Montréal, Sherbrooke et au Mont-Mégantic. «Quand on se dit que ça arrive une fois à tous les 400 ans en moyenne, et qu’on en a une dans moins de sept ans, on est privilégiés», a soutenu M. Giguère. Les Québécois devront profiter de cette occasion, puisque rien d’autre n’est prévu dans l’horizon 2100, selon l’ASTROlab.

— Un phénomène spectaculaire

Les Américains de plusieurs États où l’éclipse solaire se manifestera auront tout un spectacle lundi matin. Lorsque la Lune cache complètement le Soleil, de multiples phénomènes se produisent: les étoiles les plus brillantes peuvent être visibles dans le ciel, les oiseaux ont tendance à retourner à leur nid, les insectes nocturnes se font entendre et la température peut chuter d’environ 15 degrés Celcius. «Le noir de la Lune devant le Soleil, c’est le noir le plus noir que l’on puisse apercevoir, à tel point qu’il y a des instruments scientifiques qui sont calibrés avec ce noir-là», a expliqué M. Giguère. La durée du phénomène dépend du lieu où l’on est, mais l’éclipse totale peut s’étaler sur un maximum de 2 minutes et 40 secondes.

— La protection essentielle

Il est extrêmement dangereux de regarder directement une éclipse solaire partielle sans avoir la protection en conséquence. «Même si le Soleil sera caché jusqu’à 50 pour cent, sa luminosité est amplement suffisante pour endommager notre rétine. Et notre rétine n’est pas munie de terminaisons nerveuses, donc on ne peut pas ressentir la douleur», a fait remarquer l’expert. L’option la plus facile pour se protéger est de se procurer des lunettes d’éclipses — et non pas des lunettes fumées normales — ou de se fabriquer une boîte de carton spéciale qui projettera la réflexion du Soleil. «Le Soleil pendant une éclipse solaire n’est pas plus dangereux qu’en temps normal, mais en temps normal, on n’a pas l’idée de le regarder directement», a-t-il résumé. Dans le cas d’une éclipse totale, il est cependant possible de la regarder directement pendant les secondes ou minutes que le soleil sera entièrement dissimulé.

Note aux lecteurs: Il faut bien lire 2024, et non 2014, au troisième paragraphe.

Articles similaires