National

Les femmes davantage victimes de harcèlement au travail

Les femmes davantage victimes de harcèlement au travail
Photo: Getty Images/iStockphotoDont touch me. Pleasant muslim woamn sitting while representative of another religious group herassing her

MONTRÉAL — Au Canada, 19% des femmes et 13% des hommes ont déclaré avoir subi du harcèlement en milieu de travail, selon une récente analyse de Statistique Canada menée en 2016. Et quels sont les boulots où le harcèlement est le plus fréquent? Ceux du domaine de la santé.

Ces résultats sont fondés sur les données de l’Enquête sociale générale (ESG) sur les Canadiens. L’ESG a été réalisée en 2016 et il était demandé aux répondants âgés de 15 à 64 ans s’ils avaient subi du harcèlement au cours des 12 mois précédents.

Dans le cadre de cette enquête, le harcèlement en milieu de travail comprend la violence verbale, les comportements humiliants, les menaces, la violence physique ainsi que les attentions sexuelles non désirées ou le harcèlement sexuel. Il est important de noter que le fait de déclarer avoir été victime de harcèlement en milieu de travail ne signifie pas nécessairement qu’une plainte officielle a été portée, souligne l’organisme fédéral de statistiques.

La violence verbale est le type le plus fréquent de harcèlement en milieu de travail: 13% des femmes et 10% des hommes ont déclaré en avoir subi au cours des 12 mois précédents.

Les comportements humiliants arrivent en deuxième place, rapportés par 6% des femmes et 5% des hommes.

Quant au harcèlement sexuel ou aux attentions sexuelles non désirées, 4% des femmes et moins de 1% des hommes ont déclaré en avoir subi au travail. Et environ 3% des femmes ont déclaré avoir subi de la violence physique au cours des 12 mois précédents, comparativement à environ 1% des hommes.

Bref, «les femmes sont plus susceptibles de rapporter ce type de harcèlement-là, soit les insultes verbales, aussi plus susceptibles de rapporter de la violence physique et des attentions sexuelles importunes et du harcèlement sexuel», résume Sébastien LaRochelle-Côté, rédacteur en chef de la revue Regards sur la société canadienne à Statistique Canada.

Par ailleurs, les femmes sont plus susceptibles que les hommes d’indiquer avoir fait l’objet de harcèlement de la part d’un client. Pour elles, la deuxième source de harcèlement la plus fréquente était un collègue ou un pair.

Le harcèlement au boulot est plus fréquent dans les professions du domaine de la santé, relève Statistique Canada. «Les femmes sont plus susceptibles d’occuper des professions liées à la santé, lesquelles comportent un haut degré d’interaction avec le public, ce qui peut parfois entraîner des situations de harcèlement», note l’organisme dans son analyse.

À des fins de comparaison, le secteur des sciences naturelles et appliquées — ce qui comprend des professions comme les ingénieurs ou les professionnels en informatique — affichaient une probabilité de 9% de harcèlement en milieu de travail.

Il y a un profil professionnel qui joue un rôle ici, note M. LaRochelle-Côté.

Dans l’ensemble, les travailleurs de la santé, comprenant les médecins et les infirmières, affichaient une probabilité de 23% de déclarer avoir été harcelés en milieu de travail, et ce, même après la prise en compte d’autres facteurs.

«C’est encore plus le cas pour les femmes», précise M. LaRochelle-Côté. On note que la probabilité était plus forte chez elles (27%) que chez les hommes (21%).

Par ailleurs, parmi l’ensemble des travailleurs, les personnes ayant travaillé dans un poste syndiqué étaient plus susceptibles de déclarer avoir été victimes de harcèlement en milieu de travail.