National

Legault souhaite un accord de réparation dès que possible avec SNC-Lavalin

Legault souhaite un accord de réparation dès que possible avec SNC-Lavalin
Jacques Boissinot/La Presse canadienne

QUÉBEC — Le premier ministre du Québec, François Legault, a déclaré qu’il souhaitait que le gouvernement fédéral en vienne à une entente «le plus tôt possible» avec la firme d’ingénierie SNC-Lavalin afin de protéger les emplois et le siège social de la société à Montréal.

L’entreprise en difficulté est vulnérable à une prise de contrôle étrangère, a déclaré M. Legault aux journalistes jeudi à Québec. Et plus ses problèmes juridiques perdureront, plus elle risquera d’être la proie d’une autre entreprise, a-t-il fait valoir.

M. Legault a dit croire qu’il fallait faire tout ce qui est possible «pour protéger ce siège social et les milliers de bons emplois bien rémunérés que nous avons à SNC-Lavalin».

La société a fait du lobbying auprès du gouvernement fédéral pour obtenir un accord de réparation afin d’éviter un procès au criminel sur des accusations de corruption et de fraude liées à ses efforts pour obtenir des contrats du gouvernement en Libye.

En vertu d’un accord de réparation, les poursuites seraient abandonnées en échange d’une reconnaissance par SNC-Lavalin de ses actes répréhensibles et du paiement d’une amende. Le journal «The Globe and Mail» a rapporté la semaine dernière que le cabinet du premier ministre Justin Trudeau avait fait pression sur l’ancienne procureure générale, Jody Wilson-Raybould, pour qu’elle accepte un tel accord.

M. Legault a soutenu que SNC-Lavalin devrait payer pour ses crimes allégués, mais que ses employés et l’économie de la province ne devraient pas en souffrir.

«Nous savons que SNC-Lavalin, elle n’a pas respecté les règles — en Libye particulièrement — et elle doit payer pour cela, en particulier les personnes qui étaient impliquées, a-t-il déclaré. SNC-Lavalin, j’ai rencontré le président, ils sont prêts à mettre sur la table des montants très élevés de pénalités.»

Sans entente, a-t-il ajouté, le dossier pourrait s’étendre sur des années et les affaires de SNC-Lavalin en souffriraient.

SNC-Lavalin a vu sa cote de crédit être abaissée mercredi par Standard & Poor’s. L’agence a cité les accusations contre le géant de l’ingénierie et de la construction et l’interdiction pour dix ans de soumissionner sur des contrats fédéraux qui accompagnerait une déclaration de culpabilité parmi ses motifs de déclassement.

M. Legault a dit croire que les difficultés en justice de l’entreprise sont mauvaises pour la province. «À l’heure actuelle, il n’y a pas d’actionnaire majoritaire, il y a donc un risque réel que cette entreprise soit achetée par quelqu’un, par exemple du Royaume-Uni. Pour moi, ce serait une mauvaise nouvelle pour le Québec», a-t-il fait valoir.

M. Legault a dit avoir demandé au premier ministre Trudeau lors de discussions: «Pouvez-vous régler le plus rapidement possible afin de conserver ces emplois? Nous en avons besoin.»

Pour ajouter à la tempête dans laquelle SNC-Lavalin se trouve, on a appris cette semaine que les procureurs du Québec collaborent avec la GRC sur l’éventualité de nouvelles accusations criminelles contre SNC-Lavalin, dans le cadre du contrat de réfection du pont Jacques-Cartier de Montréal.

Alors que M. Legault avait beaucoup à dire sur les accusations fédérales, il s’est abstenu de commenter les allégations de la province. «Je n’ai aucune intention de faire quoi que ce soit avec ce qui se passe dans la juridiction du Québec», a-t-il indiqué.

La Presse canadienne