National

Des manifestants de l’Ouest pro-oléoduc se feront entendre mardi à Ottawa

Des manifestants de l’Ouest pro-oléoduc se feront entendre mardi à Ottawa
The "United We Roll" convoy of semi-trucks travels the highway near Red Deer, Alta., Thursday, Feb. 14, 2019, on its way to Ottawa to draw attention to lack of support for the energy sector and lack of pipelines. Hundreds of trucks are expected to roll into Ottawa Tuesday to protest the federal government's policies on the oil industry.THE CANADIAN PRESS/Jeff McIntosh

OTTAWA — Un convoi d’Albertains et d’autres résidants de l’Ouest en colère se rendra à Ottawa mardi pour une grande manifestation contre les politiques énergétiques et environnementales du gouvernement Trudeau, qui risque aussi d’attirer des militants contre l’immigration.

Quelques centaines de véhicules devraient être sur la colline du Parlement, dans le cadre de la tournée United We Roll, qui a commencé à Red Deer, en Alberta, le jour de la Saint-Valentin, et qui s’est dirigée vers l’est en faisant quelques arrêts.

Selon l’organisateur en chef Glen Carritt, le message principal du groupe est la nécessité de construire «immédiatement» des oléoducs «pour accéder aux côtes et au reste du Canada».

Les manifestants veulent que le gouvernement libéral abandonne la taxe sur le carbone et deux lois qui rehaussent les évaluations environnementales des projets énergétiques et qui interdisent les pétroliers sur la côte nord de la Colombie-Britannique.

M. Carritt souligne que les participants sont aussi insatisfaits de la signature du Pacte mondial sur les migrations des Nations unies.

Les frontières «doivent être contrôlées» par le Canada et ses citoyens, et non pas par les Nations unies, plaide-t-il.

Un autre convoi avait été formé par un groupe qui s’appelait Canada Action. Celui-ci a finalement annulé ses plans et a remboursé des milliers de dollars en dons après qu’il eut été associé à des extrémistes du mouvement des gilets jaunes du Canada.

Glen Carritt avait nommé son groupe le «convoi des gilets jaunes», mais il s’est ravisé après que le mouvement eut été lié à des gens propageant de la haine envers les musulmans et les immigrants.

«Après réflexion, nous avons décidé de rendre ce convoi inclusif et en appui aux Canadiens d’abord et avant tout», a écrit M. Carritt sur la page de sociofinancement GoFundMe.

Certains camions arborent les gilets jaunes, mais M. Carritt insiste pour dire que le rassemblement est ouvert à tous ceux qui en ont assez du gouvernement fédéral — tant qu’ils ne soient pas violents.

«Tout le monde est impliqué. Ce n’est pas important: tu peux porter un gilet jaune, ou des salopettes bleues, ou un casque noir, ou un veston cravate. Tout le monde pacifique est bienvenu», a-t-il expliqué.

Jason Corbeil, un autre organisateur, a renoncé à toute association avec un groupe de gilets jaunes de Sault. Ste. Marie, qui disait faire partie du convoi. Le blogue d’un des organisateurs appelait à l’exécution de certains politiciens, parlait des immigrants comme des «sous-humains» et disait que les femmes ne devraient pas faire de politique.

M. Corbeil a assuré que le groupe n’incitait pas à la haine et voulait simplement unir les gens.

Evan Balgord, le directeur principal de l’organisme Canadian Anti-Hate Network, croit toutefois que le convoi offre une tribune pour la haine.

«Ce convoi est un convoi des gilets jaunes du Canada et tous les individus bien intentionnés pro-oléoduc qui sont impliqués ne font que légitimiser et alimenter le plus large mouvement des gilets jaunes, qui propage de la haine, des théories du complot et des menaces de mort contre les musulmans, des politiciens et d’autres Canadiens», a-t-il déploré.

Le groupe autochtone Indigenous Solidarity Ottawa prévoit mener une contre-manifestation près de la colline du Parlement, mardi. Les membres disent s’élever contre la rhétorique «pro-oléoduc, d’extrême-droite et véritablement raciste».

La députée conservatrice Cathay Wagantall doit prononcer un discours lors du passage du convoi pro-oléoduc. Elle dit être ravie de participer, ajoutant que les organisateurs ont clairement énoncé les thèmes de leur marche: les oléoducs et la politique énergétique.

«Je vois des Canadiens de tous les jours qui parlent en faveur des oléoducs canadiens et leurs emplois, et je veux être là pour leur dire que j’apprécie ce qu’ils font», a-t-elle soutenu.

Stephen Cook et Mia Rabson, La Presse canadienne