National

Les partis de l’opposition reviennent à la charge sur SNC-Lavalin

Les partis de l’opposition reviennent à la charge sur SNC-Lavalin
Katie Telford. Justin Trudeau et Gerald Butts

OTTAWA — Les partis de l’opposition reviennent en force à la Chambre des communes mardi, armés de questions pour le premier ministre Justin Trudeau sur les mesures prises par son bureau pour aider la société d’ingénierie montréalaise SNC-Lavalin relativement à des accusations de corruption.

Avant que les députés fédéraux ne partent dans leur circonscription pour plusieurs jours la semaine dernière, Jody Wilson-Raybould était ministre des Anciens Combattants et Gerald Butts était le secrétaire principal de Justin Trudeau, son conseiller le plus proche.

Maintenant, ils ont tous les deux démissionné et on ne sait toujours pas ce que M. Butts ou un autre membre du cabinet du premier ministre a pu faire pour tenter de faire pression sur Mme Wilson-Raybould alors qu’elle était procureure générale et avait son mot à dire sur les accusations portées contre SNC-Lavalin.

Mardi après-midi, le Comité de la justice de la Chambre des communes tient une réunion à huis clos pour discuter de la manière de procéder dans son enquête sur cette affaire.

Les membres de l’opposition veulent faire comparaître au moins neuf témoins, dont M. Butts, d’autres collaborateurs importants de M. Trudeau et Mme Wilson-Raybould, mais les libéraux sur le comité ont jusqu’à présent utilisé leur majorité pour limiter le nombre de témoins à trois.

Pour l’instant, le comité envisage de n’examiner que la situation des doubles rôles politique et juridique du titulaire du portefeuille de la Justice, ainsi que le fonctionnement interne d’un prétendu accord de réparation — l’alternative à un procès pour SNC-Lavalin.

La Presse canadienne