National

Trans Mountain: l’ONÉ n’élargira pas son évaluation environnementale

Trans Mountain: l’ONÉ n’élargira pas son évaluation environnementale
Pipes are shown at the Kinder Morgan Trans Mountain facility in Edmonton, Thursday, April 6, 2017. THE CANADIAN PRESS/Jonathan Hayward

CALGARY — L’Office national de l’énergie (ONÉ) rejette un appel lancé le mois dernier par un groupe environnemental qui lui demandait d’élargir considérablement la portée de son réexamen de l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain.

Le 21 janvier, l’organisation Stand.earth a déposé une requête auprès de l’organisme de réglementation fédéral pour qu’il prenne en compte les émissions de gaz à effet de serre en amont et en aval du projet lors de son examen des questions liées au transport maritime.

Elle a demandé à l’ONÉ d’appliquer au projet les mêmes normes que pour l’oléoduc Énergie Est avant de soumettre son rapport final au gouvernement fédéral, ce que l’organisme devrait faire vendredi.

Dans un jugement publié sur son site web, l’ONÉ a déclaré que son réexamen n’était conçu que pour régler les problèmes découlant de la décision de la Cour d’appel fédérale rendue en août dernier, qui avait annulé son approbation antérieure.

La proposition de Stand.earth n’a pas respecté les délais et les demandes répétées de plusieurs autres parties ont déjà été rejetées, peut-on lire dans la décision.

Dans un communiqué, Stand.earth souligne que la décision de l’ONÉ enfreint un engagement électoral des libéraux, qui avaient promis de donner à tous les projets énergétiques un bilan complet des impacts sur le climat.

«L’Office national de l’énergie a rejeté cette motion parce que le gouvernement Trudeau a spécifiquement exclu les impacts sur le changement climatique de l’évaluation globale de l’oléoduc», a déploré la directrice des programmes internationaux, Tzeporah Berman.

La Presse canadienne