National

Des centaines de personnes aux funérailles des enfants de la famille Barho

Des centaines de personnes aux funérailles des enfants de la famille Barho
Des pompiers enquêtent à la suite d'un incendie à domicile dans la collectivité de Spryfield à Halifax le 19 février 2019. LA PRESSE CANADIENNE / Darren Calabrese

HALIFAX — Des centaines de personnes se sont entassées dans une immense salle, à Halifax, dimanche, pour assister aux funérailles des sept petits réfugiés syriens qui sont morts dans un incendie.

Les cercueils des sept enfants sont arrivés successivement dans le Centre Cunard.

Les pleurs de leur mère, Kawthar Barho, brisaient le silence qui envahissait l’endroit lorsque les cercueils, dont certains très petits, étaient emportés par une garde d’honneur.

L’imam Abdallah Yousri a déclaré que cette cérémonie ouverte à tous avait permis à Mme Barho de voir tout le soutien et la sympathie de sa collectivité.

Cindy Samson était parmi les quelque 2000 personnes qui ont assisté à la cérémonie.

Elle ne connaissait pas la famille, mais elle a affirmé que toute la collectivité formait une grande famille.

Une autre personne présente à l’événement, Audrey Watson-Darrow, dit s’être déplacée pour démontrer à la famille qu’elle était aimée et appuyée.

«Nous voulons donner tout ce que nous pouvons, du soutien, de l’argent, des sentiments, le deuil», a ajouté Adnan Aboushahla.

Le volet traditionnel de la cérémonie était suivi par des discours de membres de la collectivité, dont le député fédéral Andy Fillmore, qui travaille à amener des proches de la mère au Canada.

Le lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, la vice-première ministre et le maire adjoint de Halifax ont aussi prononcé quelques mots.

Les sept enfants seront enterrés dans un cimetière musulman à Hammonds Plains.

«(Kawthar Barho) n’a pas de famille ici au Canada. Elle n’a pas d’amis non plus à Halifax, parce qu’elle a déménagé ici il y a cinq mois», a déclaré M. Yousri vendredi.

«C’est pourquoi nous essayons de l’inviter à venir voir le soutien de la communauté et que nous laissons tout le monde se rassembler».

Le père des enfants, Ebraheim Barho, était toujours à l’hôpital, vendredi, après avoir subi d’importantes brûlures. Il était dans un état critique, mais stable.

Tôt mardi matin, un feu a tué tous les enfants Barho: Ahmad, 14 ans, Rola, 12 ans, Mohamad, 9 ans, Ola, 8 ans, Hala, 3 ans, Rana, 2 ans et Abdullah, qui était né au Canada le 9 novembre dernier.

La cause de l’incendie demeure inconnue pour l’instant.

Tareq Hadhad, un réfugié syrien qui a fondé la chocolaterie Peace by Chocolate en Nouvelle-Écosse était aux funérailles.

«Je dirais que c’est la période la plus dévastatrice que j’ai vécue, même si nous avons perdu des membres de notre famille en Syrie. La perte de sept enfants en une seule fois a vraiment eu un impact dévastateur sur toute la communauté ici, pas seulement dans la communauté syrienne, pas seulement dans la communauté de la Nouvelle-Écosse, mais partout au pays et dans le monde», a-t-il témoigné.

L’ampleur de la tragédie de cette jeune famille de réfugiés arrivée en Nouvelle-Écosse, en septembre 2017, a touché les Canadiens.

Une campagne de socio-financement avait permis de récolter plus de 560 000 $, samedi après-midi.

Les membres de la famille Barho font partie des 1795 réfugiés syriens arrivés en Nouvelle-Écosse au cours des dernières années.

En 2015-2016, le gouvernement Trudeau avait accordé l’asile à 40 000 réfugiés syriens, en raison de la guerre civile en Syrie, qui a fait plus de 400 000 victimes depuis ses débuts en 2011.

La Presse canadienne