National

Un budget fédéral de la dernière chance, selon le NPD

Un budget fédéral de la dernière chance, selon le NPD
Jagmeet Singh

OTTAWA — Le Nouveau parti démocratique (NPD) dresse sa liste de demandes pour ce qu’il qualifie de «budget de la dernière chance».

Le ministre fédéral des Finances Bill Morneau déposera son budget mardi après-midi, le dernier de ce premier mandat du gouvernement libéral.

Les néo-démocrates veulent que le document offre des preuves que le gouvernement se range du côté des gens ordinaires plutôt qu’avec «les riches et les puissants». 

«C’est la dernière opportunité pour ce gouvernement de montrer quelles sont ses valeurs et pour qui il travaille», a lancé le chef néo-démocrate Jagmeet Singh au cours d’une conférence de presse mercredi matin.

Il réclame donc, entre autres, un régime d’assurance-médicaments public et national, des mesures pour le logement abordable, des investissements en énergie verte et de nouvelles règles pour freiner l’évasion fiscale.

«Ils ont choisi d’aider Kinder Morgan et SNC-Lavalin au lieu d’aider M. et Mme tout le monde», a-t-il dit du bilan libéral des quatre dernières années. «Il me semble que ce gouvernement travaille pour les intérêts des plus riches», a-t-il martelé aux côtés de son critique aux finances Peter Julian.

Pour les gens ordinaires, les néo-démocrates exigent un régime d’assurance-médicaments national. Celui-ci remplacerait le régime provincial québécois. Selon M. Singh, le régime hybride québécois continue de coûter trop cher. Le chef néo-démocrate croit possible de travailler avec le gouvernement Legault pour que Québec troque son régime en échange d’un régime canadien qui profiterait du pouvoir d’achat du pays.  

«On a toujours des problèmes (avec) le système hybride. Avec le pouvoir d’un pays, avec l’argent fédéral, on peut mettre en oeuvre un programme national», a-t-il dit.

«Présentement au Québec, 10 pour cent des Québécois et des Québécoises n’ont pas accès aux médicaments. Ils ne peuvent pas les payer», a renchéri le député Julian.

Admettant que pareille manoeuvre pourrait être mal accueillie par le gouvernement québécois jaloux de ses compétences. «Il faut travailler avec toutes les provinces. Mais le travail est essentiel (…) pour régler un problème qui existe à travers le pays», a insisté M. Singh.

Le ministre des Finances a signalé qu’il y aurait des détails sur un régime d’assurance-médicaments dans son budget du 19 mars. Mais on en ignore pour l’instant les détails. 

Lina Dib, La Presse canadienne