National
13:14 15 mars 2019 | mise à jour le: 19 mars 2019 à 00:10

Alexandre Bissonnette se dit troublé que son nom soit associé à l’attaque de Christchurch

Alexandre Bissonnette se dit troublé que son nom soit associé à l’attaque de Christchurch
Photo: THE CANADIAN PRESS/Mathieu BelangerAlexandre Bissonnette

MONTRÉAL — Alexandre Bissonnette, condamné pour la tuerie de la mosquée de Québec, dit être troublé que son nom soit associé au carnage perpétré en Nouvelle-Zélande et insiste qu’il ne veut pas être imité.

Dans un communiqué transmis par ses avocats vendredi, il se dit «très affecté» par l’attaque venant d’être menée contre deux mosquées de la ville de Christchurch, où 49 personnes ont été tuées, et de nombreuses autres ont été blessées.

Des médias néo-zélandais ont rapporté qu’une personne impliquée dans la tuerie aurait écrit le nom d’Alexandre Bissonnette — ainsi que d’autres — sur les chargeurs d’une arme à feu.

Il est précisé dans le communiqué que M. Bissonnette «ne cherche en aucun temps à être imité, ni à servir de modèle à quiconque voudrait perpétrer un acte de violence ou voudrait suivre ses traces».

Ses avocats, Me Charles-Olivier Gosselin et Me Jean-Claude Gingras, ont écrit dans le communiqué transmis aux médias qu’il regrette profondément les actes qu’il a commis et souhaite que toute personne vivant des problèmes ou des difficultés en parle et aille chercher de l’aide, ce qu’il n’a pas réussi à faire adéquatement.

Rien ne justifie de commettre de tels actes de violence envers autrui, est-il ajouté.

Bissonnette a été condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 40 ans. Il a porté cette peine en appel, pour la faire réduire à une période d’incarcération ferme de 25 ans.

Le tireur de la mosquée de Québec a aussi souhaité faire une précision par ce communiqué: ses démarches d’appel «visent un débat juridique» seulement. L’homme de 29 ans soutient qu’il ne cherche pas à minimiser la gravité des gestes qu’il a commis le 29 janvier 2017.

Ce soir-là, il a fait irruption dans la grande mosquée de Québec et a abattu six fidèles, faisant plusieurs autres blessés.

Il avait plaidé coupable à ces crimes en mars 2018.

La Couronne et la Procureure générale du Québec ont aussi porté en appel la peine de Bissonnette. Elles souhaitent qu’elle soit plus sévère.

La Presse canadienne

Articles similaires