National

Burton Cummings demande à un studio voisin de baisser le son de la musique

MOOSE JAW, Sask. — Burton Cummings, dont certaines chansons figurent parmi les plus bruyantes de la scène rock canadienne, veut contraindre un studio de danse de la Saskatchewan à… baisser le son de sa musique.

Kyra Klassen est la propriétaire de «Dance Fitness With Kyra» situé au centre-ville de Moose Jaw. Elle a raconté que l’ancien chanteur de Guess Who, qui demeure dans un immeuble avoisinant, s’est rendu au studio pour se plaindre du bruit. Il a appelé la police de nombreuses fois et a ensuite tenté de convaincre le conseil municipal de modifier un règlement de zonage.

Mme Klassen aurait voulu rencontrer le chanteur afin de trouver un compromis, mais celui-ci a toujours refusé.

Un agent de Cummings indiqué à La Presse canadienne que la vedette ne formulera aucun commentaire sur la situation.

«J’essaie de coexister et d’exploiter une entreprise tout en étant à côté de lui, a déclaré Mme Klassen vendredi.«C’est en quelque sorte un problème récurrent qui a rapidement dégénéré.»

Mme Klassen a emménagé en avril dernier. Selon elle, le studio a fonctionné sans problème pendant un certain temps, avec ses grandes fenêtres ouvertes, les clients poursuivant leur entraînement sur une musique à fort volume.

Elle a relaté qu’elle avait commencé à recevoir des plaintes et des visites de la police au bout de cinq mois.

Elle a dit qu’elle n’avait jamais reçu de contravention. Elle est sûre de ne pas enfreindre de règlement.

À sa grande surprise, une pétition a été lancée pour demander au conseil municipal à modifier un règlement municipal.

La semaine dernière, le conseil a approuvé une résolution afin d’examiner la façon dont les permis commerciaux sont accordés dans les secteurs commerciaux où sont situés des immeubles résidentiels.

«Il existe actuellement un différend entre un propriétaire d’entreprise du quartier commerçant et des résidents voisins, a confirmé le maire Fraser Tolmie dans un communiqué. La question est examinée par le système judiciaire et la ville respectera ce processus. Cependant, cette question a mis en évidence le fait que nous n’avons pas de règlement en vigueur qui concerne l’activité dans les bâtiments à usage mixte.»

La Presse canadienne