National

Ottawa ajoute 4,5G$ pour combler le fossé social avec les Autochtones

Ottawa ajoute 4,5G$ pour combler le fossé social avec les Autochtones
Photo: THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick Justin Trudeau et Bill Morneau

OTTAWA — Le gouvernement libéral fédéral prévoit de dépenser 4,5 milliards $ au cours des cinq prochaines années pour réduire l’écart socio-économique entre les populations autochtones et non autochtones, dans le cadre d’un plan visant à maintenir la réconciliation à l’avant-plan de sa campagne électorale l’automne prochain.

S’adressant aux journalistes, le ministre des Finances, Bill Morneau, a fait valoir que les libéraux étaient investis dans la réconciliation depuis le début de leur mandat.

M. Morneau a affirmé qu’il y avait beaucoup de travail à faire dans les relations avec les Autochtones et que son gouvernement maintenait le cap.

Après le dépôt du budget, mardi, le chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, a dit croire que le gouvernement va dans la bonne direction, tout en soulignant la nécessité de rendre accessibles les ressources aux communautés pour qu’elles aient un impact significatif sur le terrain.

«Si nous voulons une véritable réconciliation au Canada, nous devons combler le fossé, a déclaré M. Bellegarde. Nous devons maintenir l’élan pour cela.»

Dans le budget, 1,2 milliard $ est prévu sur trois ans, soit 404 millions $ par an à compter de 2019-2020, pour développer une approche à long terme des services aux enfants des Premières Nations.

La politique porte le nom d’un garçon des Premières Nations du Manitoba, Jordan River Anderson, de la nation crie de Norway House, qui avait plusieurs handicaps. À l’âge de deux ans, les médecins lui ont recommandé de s’installer dans un établissement adapté à ses besoins.

Il est décédé trois ans plus tard, à la suite de disputes de compétences entre les gouvernements fédéral et provincial concernant le paiement de ses soins.

Le budget prévoit également d’investir 220 millions $ sur cinq ans, à compter de 2019-2020, pour fournir des services aux enfants inuits confrontés à des difficultés particulières pour obtenir des services de santé et des services sociaux en raison de l’éloignement de leurs communautés et de la disponibilité limitée de soins adaptés à la culture.

Kristy Kirkup, La Presse canadienne