National

Fusillade de Fredericton: le procès s’ouvrira fin septembre et durera huit semaines

Fusillade de Fredericton: le procès s’ouvrira fin septembre et durera huit semaines
Photo: THE CANADIAN PRESS/Andrew VaughanMatthew Vincent Raymond

FREDERICTON — L’homme de Fredericton accusé d’avoir abattu par balles quatre personnes, dont deux policiers, lors d’une tuerie en août dernier subira son procès cet automne.

Huit semaines ont été réservées, à compter du 30 septembre, pour le procès de Matthew Raymond, qui a comparu pour la première fois mercredi devant la Cour du Banc de la Reine. Les procédures antérieures avaient eu lieu en Cour provinciale du Nouveau-Brunswick.

Matthew Raymond, âgé de 48 ans, est accusé du meurtre au premier degré de Donnie Robichaud et Bobbie Lee Wright, ainsi que des policiers municipaux Sara Burns et Robb Costello. Selon la poursuite, il aurait tiré avec une arme d’épaule de la fenêtre de son appartement, tuant au pied de l’immeuble les deux civils qui chargeaient une voiture pour un voyage le 10 août. L’accusé aurait ensuite abattu les deux premiers policiers dépêchés sur les lieux.

La Couronne a porté l’affaire devant la Cour du Banc de la Reine avec une mise en accusation directe, ce qui signifie qu’il n’y aura pas d’enquête préliminaire. Le juge Fred Ferguson a prévu une audience préparatoire avec les avocats mercredi prochain.

Le magistrat a précisé mercredi que l’accusé n’enregistrerait pas de plaidoyer avant d’être devant le jury. Il a aussi indiqué que les conclusions d’une évaluation psychologique visant à déterminer si Matthew Raymond pouvait être tenu criminellement responsable de ses actes resteraient scellées jusqu’au procès. L’homme avait déjà été jugé apte à subir son procès, mais les détails des arguments invoqués pour demander cette évaluation sont protégés par une ordonnance de non-publication.

Le juge Ferguson a également fait part de ses préoccupations concernant les enquêtes menées actuellement sur la mort des deux policiers par Travail sécuritaire NB et par l’Équipe d’intervention de la Nouvelle-Écosse en cas d’incident grave — la «police des polices». Le juge a prévenu qu’il ne décréterait pas d’ordonnance de non-publication sur les résultats de ces enquêtes pour le moment, mais qu’il n’hésiterait pas à le faire si les rapports étaient publiés avant que le jury ne délibère.

En dépit de son intention de renvoyer l’affaire devant le tribunal, l’avocate de la défense, Alison Ménard, a déclaré que le public ne devrait pas présumer de la façon dont son client plaidera ni de ce qui arrivera au procès. «Dans la plupart des cas, il est impossible de formuler des hypothèses sur ce qui va ou ne va pas se passer. Tout se passera au tribunal», a-t-elle déclaré mercredi.

On ignore par ailleurs si Me Ménard continuera d’être l’avocate de Matthew Raymond. Elle avait été nommée par la Cour provinciale, mais cette nomination prend fin et les responsables de l’aide juridique devront maintenant déterminer si elle conserve le dossier. Cette décision pourrait être prise d’ici la fin de la semaine.

Kevin Bissett, La Presse canadienne