National

Les Canadiens, mis à part les Québécois, se préoccupent peu du bilinguisme

Les Canadiens, mis à part les Québécois, se préoccupent peu du bilinguisme
Photo: Archives/ThinkStockLe drapeau du Canada et du Québec.

MONTRÉAL — Mis à part les Québécois, les Canadiens des autres provinces semblent se soucier peu du bilinguisme au pays, selon un nouveau sondage Léger réalisé pour La Presse canadienne.

D’après la récente enquête effectuée il y a quelques jours, 54 pour cent des Canadiens jugent très important ou assez important que le Canada soit reconnu et vu comme un pays bilingue. Mais c’est en regardant les données dans les provinces qu’il est possible d’observer certaines disparités.

Au Québec, seulement 17 pour cent des répondants au sondage ont dit que le bilinguisme au Canada n’est pas très important ou pas important du tout.

Mais en Ontario et dans les provinces de l’Atlantique, où il y a pourtant une importante communauté francophone, 48 et 42 pour cent des répondants estiment qu’il n’est pas très important ou pas important du tout que le pays soit reconnu comme bilingue.

En Alberta et en Colombie-Britannique, ce chiffre grimpe à 53 et 52 pour cent. En Colombie-Britannique, 25 pour cent d’entre eux ont répondu que ce n’était «pas du tout important».

«Plus on s’éloigne du Québec, moins ce bilinguisme-là est important pour les Canadiens eux-mêmes», a expliqué Christian Bourque, vice-président exécutif et associé chez Léger.

«Si on leur disait: « Est-ce que ça fait partie des grandes valeurs canadiennes? », probablement qu’ils diraient oui. Mais c’est une valeur à laquelle ils sont peut-être moins attachés.» 

Les libéraux et les plus jeunes préoccupés

Il semble que ce sont les répondants plus âgés qui sont moins préoccupés par ce sujet. À l’échelle du pays, 46 pour cent d’entre eux jugeaient que ce n’était pas très important ou pas du tout important, contre 40 pour cent pour les répondants de 35 à 54 ans et 36 pour cent pour les jeunes de 18 à 34 ans.

Sans surprise, ce sont les sympathisants du parti qui a adopté la Loi sur les langues officielles qui considèrent cet enjeu comme étant important: selon le sondage, 68 pour cent des électeurs libéraux décrivaient le bilinguisme comme très important ou plutôt important.

Chez les conservateurs, 58 pour cent d’entre eux disent de même, et au Nouveau Parti démocratique, ce chiffre chute à 34 pour cent.

Le sondage Léger a été mené sur le web les 19 et 20 mars auprès de 1529 Canadiens recrutés à partir d’un panel. Les experts en recherche et en méthodologie jugent qu’il est impossible d’attribuer une marge d’erreur à un sondage réalisé en ligne puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.

Les partis au Québec peu surpris.

La ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, a refusé la demande d’entrevue de La Presse canadienne, mais les partis d’opposition ont accepté de commenter les résultats.

La députée libérale Kathleen Weil demeure optimiste face à des données; elle s’accroche notamment aux données qui concernent les jeunes.

«Je trouve que c’est quand même positif, cette jeune génération était influencée par une autre génération: les parents. Ça fait au moins 30 ans qu’on parle de l’importance d’apprendre le français ailleurs au Canada», a-t-elle indiqué en entrevue téléphonique.

Elle a rappelé la mobilisation importante de la communauté francophone lorsque le gouvernement Ford en Ontario avait pris la décision d’abandonner le projet de créer une université francophone à Toronto et d’abolir le Commissariat aux services en français.

Les représentants de partis souverainistes à l’Assemblée nationale étaient toutefois plus pessimistes, et selon eux, ces données justifient la pertinence de leur projet.

«Les politiques canadiennes à l’extérieur du Québec ont été très hostiles au fait français. Je ne suis pas étonné de voir qu’aujourd’hui encore, qu’il y ait cette indifférence-là par rapport au français. Oui ça m’inquiète», a affirmé le député solidaire Sol Zanetti en entrevue téléphonique.

«Il va falloir, pour la préservation du français en Amérique du Nord, qu’il y ait un État dont la langue commune est le français.»

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, estime lui aussi qu’il faut tirer des conclusions de ce sondage.

«Ça envoie une image actuelle du Canada qui n’est pas le pays susceptible de protéger le français. C’est pour ça qu’on considère qu’il vaut mieux un Québec souverain et ça s’ajoute à d’autres sondages précédents qui démontrent de plus en plus de distance, voire d’indifférence du reste du Canada à l’égard du Québec», a-t-il indiqué en entrevue au Parlement.

Vicky Fragasso-Marquis et Caroline Plante, La Presse canadienne