National

Taxe carbone: Trudeau critique les gouvernements conservateurs provinciaux

Taxe carbone: Trudeau critique les gouvernements conservateurs provinciaux
Photo: La Presse canadienneJustin Trudeau

ST. STEPHEN, N.-B. — Justin Trudeau a critiqué jeudi le Nouveau-Brunswick pour son opposition farouche à la taxe fédérale sur le carbone, affirmant que les gouvernements conservateurs du pays «ne jugent pas que la lutte contre les changements climatiques constitue une priorité».

Le premier ministre a eu ces commentaires lors d’une escale au Nouveau-Brunswick, l’une des quatre provinces où le régime fédéral de tarification du carbone entrera en vigueur lundi prochain, 1er avril.

Ottawa a décidé d’imposer son régime dans les quatre provinces qui n’avaient pas mis en place leur propre système: la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. Toutes ces provinces sont actuellement dirigées par des gouvernements progressistes-conservateurs ou de droite — le Parti saskatchewanais.

Lors d’une étape à St. Stephen, jeudi, M. Trudeau a déclaré aux journalistes que contrairement à ce que croit le gouvernement du Nouveau-Brunswick, on se devait, au 21e siècle, d’imposer un prix à la pollution.

Ottawa a promis de remettre tous les fonds recueillis par sa taxe sur le carbone dans les quatre provinces, sous forme de crédit d’impôt à des particuliers, des entreprises, des administrations locales et d’autres organisations.

M. Trudeau a regretté jeudi que les gouvernements conservateurs provinciaux ne pensent pas que la lutte contre les changements climatiques constitue une priorité.

«Mais je sais que les Néo-Brunswickois et les Canadiens savent que nous devons le faire si nous voulons maintenir une économie forte dans l’avenir», a-t-il soutenu.

Dans un communiqué de presse publié plus tôt ce mois-ci, le ministre provincial de l’Environnement et des Gouvernements locaux, Jeff Carr, avait critiqué l’initiative fédérale. «La taxe sur le carbone du gouvernement fédéral est injuste pour les gens ordinaires du Nouveau-Brunswick qui peuvent avoir à utiliser leur voiture pour aller au travail ou conduire leurs enfants à l’école, affirmait M. Carr. Les factures de chauffage vont augmenter également.»

Incidence négative sur les familles

«Une nouvelle taxe, en particulier une taxe sur le carbone qui augmentera le prix de tout ce que vous achetez, ne constitue pas la meilleure approche pour modifier les comportements et ne fera qu’ajouter des coûts inutiles qui nuiront à l’économie et auront une incidence négative sur les familles du Nouveau-Brunswick», estimait de son côté le ministre du Développement de l’énergie et des ressources du Nouveau-Brunswick, Mike Holland.

«Cette taxe fédérale sur le carbone représentera un fardeau injuste pour les ménages des régions rurales du Nouveau-Brunswick, ces familles qui se chauffent au mazout ou au gaz et celles qui n’ont pas la possibilité de moins utiliser la voiture.»

Plus tôt jeudi, M. Trudeau avait rencontré des personnes âgées à Halifax alors qu’il parcourait rapidement la région pour parler du budget Morneau et du projet fédéral d’assurance-médicaments.

M. Trudeau s’est également entretenu avec des manifestants autochtones et écologistes préoccupés par un projet d’enfouissement de gaz naturel dans d’énormes cavernes souterraines au nord de Halifax.

Depuis 12 ans, Alton Gas prévoit de pomper l’eau de la rivière Shubenacadie vers un emplacement souterrain 12 km plus loin, où elle sera utilisée pour éliminer des dépôts de sel et créer jusqu’à 15 cavernes. La solution de saumure restante serait ensuite pompée dans la rivière, pendant deux à trois ans.

Le gouvernement fédéral a annoncé le mois dernier qu’il réglementerait le plan de l’entreprise de manière à gérer les menaces potentielles pour le poisson, son habitat et la santé humaine.

Michael Tutton et Kevin Bissett, La Presse canadienne