National
19:35 8 avril 2019 | mise à jour le: 11 avril 2019 à 18:29

Les programmes de réinsertion diminuent nettement la révidive, selon une étude

Les programmes de réinsertion diminuent nettement la révidive, selon une étude
Photo: Archives MétroUn groupe de 34 prisonniers déplore que le personnel de sécurité soit en contact «permanent» avec le monde extérieur sans pour autant passer de test médical.

MONTRÉAL — Non seulement les programmes visant à faciliter la réinsertion sociale des détenus qui fréquentent les prisons gérées par le gouvernement du Québec diminuent la récidive, mais en plus ils le font «nettement» mieux qu’ailleurs dans le monde, conclut une étude du CIRANO.

Les chercheurs ont obtenu des données sur les programmes pour les prisons de Montréal, Québec et Saint-Jérôme et les ont jumelées à d’autres données provenant du ministère québécois de la Sécurité publique.

Ils ont constaté que le taux de récidive des détenus qui participaient aux programmes a été de 10 pour cent à Montréal, par rapport à 50 pour cent chez les non-participants sur une période de cinq ans. Dans les deux autres établissements, les taux ont été de 6 et 35 pour cent respectivement.

Les chercheurs ont également constaté que la probabilité de récidive diminue plus le détenu participe à des programmes durant son incarcération.

En entrevue avec La Presse canadienne, Guy Lacroix, l’un des coauteurs de l’étude, a expliqué que les détenus à qui sont d’abord destinés ces programmes ont non seulement des taux de récidive plus faibles, mais ils ont des dossiers plus lourds.

Pourtant, les chercheurs ont découvert qu’un écart significatif se maintient dans le taux de récidive entre participants et non-participants aux programmes même en tenant compte du nombre d’incarcérations antérieures et peu importe le niveau de risque que présente un détenu. Ces résultats ont «complètement estomaqué» les chercheurs, au dire de M. Lacroix.

«La façon dont les programmes sont élaborés correspond à de vrais besoins, a-t-il expliqué. C’est peut-être ça qui explique que les résultats sont si bons.»

Cette étude, qui est une première au Québec, a été réalisée à la demande du ministère de la Sécurité publique qui souhaitait savoir si les programmes, compte tenu des coûts qu’ils engendrent, ont des effets notables sur la baisse de la récidive, a expliqué M. Lacroix.

Étant donné que la participation aux programmes est volontaire et que ceux qui choisissent d’y participer sont déjà sur la bonne voie, les chercheurs ont utilisé des «techniques statistiques de pointe» pour ajuster les écarts dans les taux de récidive.

Au terme de leur calcul, ils ont conclu que la participation aux programmes diminue en fait le risque de récidive de 30 pour cent à l’établissement de détention de Montréal et de 9 pour cent à celui de Québec.

«On a beau torturer les données dans tous les sens, les programmes fonctionnent à notre grand étonnement et à celui du ministère», s’est réjoui M. Lacroix.

Michel Saba, La Presse canadienne

Articles similaires