National

La réserve de Kashechewan en état d’urgence

La réserve de Kashechewan en état d’urgence
Photo: JONATHAN HAYWARD/ La Presse canadienne

OTTAWA — Les évacuations causées par les inondations printanières frappent plus durement encore cette année dans une communauté des Premières Nations du nord de l’Ontario.

Plus de 2500 membres de la Première Nation Kashechewan étaient évacués lundi de la réserve située au nord de Fort Albany, pour être envoyés dans d’autres endroits dans la province.

Kashechewan fait face depuis longtemps à ces crues printanières, mais selon le député néo-démocrate fédéral Charlie Angus, la situation est plus difficile cette année parce que les membres de la communauté croyaient que le gouvernement fédéral aurait finalement déplacé la réserve sur un site plus élevé.

« Traumatisme massif »

La communauté subit ce que le député Angus appelle le « traumatisme massif » d’évacuations, qui perturbent également la scolarité pour les enfants.

Le député a déclaré que le plan était de construire une nouvelle communauté sur une période de cinq à dix ans, ajoutant qu’il n’était pas logique de dépenser des millions de dollars pour essayer de réparer en permanence un mur de digue, ainsi que pour les évacuations et les dégâts causés par les inondations.

« Le plan était le suivant : prenons cet argent et commençons à construire, petit à petit, une nouvelle communauté », a expliqué M. Angus.

Mais le budget fédéral n’octroie pas le financement nécessaire pour aller de l’avant avec ce plan, a déploré M. Angus.

« Ce ne sont que des paroles, a-t-il déclaré. Les bonnes paroles et les promesses du gouvernement ne permettront pas à cette communauté de trouver un terrain sûr. Elle a besoin d’un engagement financier pour l’infrastructure et ce n’est pas là. »

Selon le député néo-démocrate Charlie Angus, Kashechewan a souvent subi des inondations printanières, mais les membres de la communauté trouvent les évacuations plus difficiles cette année parce qu’ils pensaient que le gouvernement fédéral allait finalement relocaliser la réserve vers un terrain plus élevé.

Promesse non tenue

« Cette année, il y a beaucoup d’amertume parmi la population, car il ne s’agit que d’une autre promesse non tenue, d’une autre année d’inondations et d’une autre année d’évacuations massives », a déclaré M. Angus.

Le bureau du ministre des Services aux Autochtones, Seamus O’Regan, a déclaré que le gouvernement travaillait avec Kashechewan pour surveiller les inondations et soutenir la communauté pendant que ses membres étaient déplacés ailleurs.

« Nous reconnaissons que la menace d’inondation au printemps est une réalité permanente pour les communautés situées le long des côtes de la baie James et de la baie d’Hudson », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Le cabinet de O’Reagan affirme que celui-ci a été en contact avec le chef Léo Friday pour réitérer l’appui du gouvernement à court terme et réaffirmer que l’engagement envers un plan de relocalisation à long terme pour Kashechewan n’a pas changé.

Le chef de Kashechewan, Leo Friday, a demandé à M. O’Regan de rendre visite à la Première Nation afin que le ministre puisse écouter les membres de la communauté à propos de leurs espoirs de déménager dans un endroit plus élevé et plus sûr.