National

La MRC de Rouville s’oppose à renommer un tronçon d’autoroute Jean Lapierre

La MRC de Rouville s’oppose à renommer un tronçon d’autoroute Jean Lapierre
Photo: Getty Images/iStockphoto

MARIEVILLE, Qc — La table des maires de la MRC de Rouville a adopté à l’unanimité une résolution s’opposant à la proposition de renommer un tronçon de 45 kilomètres de l’autoroute 10 en mémoire de l’ancien politicien et communicateur Jean Lapierre, qui est décédé dans une tragédie aérienne en mars 2016.

Le préfet de la MRC, Jacques Ladouceur, affirme toutefois en entrevue à La Voix de l’Est que les élus ne s’opposent pas à l’idée d’honorer M. Lapierre.

Il explique que Jean Lapierre a été député fédéral de Shefford, mais que le tronçon qui serait renommé en sa mémoire s’étendrait entre le pont Champlain jusqu’à Saint-Césaire, où commence la circonscription. Jacques Ladouceur croit qu’il aurait été préférable que le tronçon renommé de 45 kilomètres traverse la circonscription.

Le député de Granby à l’Assemblée nationale et ministre des Transports, François Bonnardel, voyait quant à lui dans le choix proposé un clin d’œil au parcours politique de Jean Lapierre qui a représenté la circonscription de Shefford mais aussi celle d’Outremont, à Montréal.

La MRC de Rouville se questionne aussi sur la longueur du segment de l’autoroute qui serait rebaptisé par la Commission de toponymie du Québec. Jacques Ladouceur voit mal que l’autoroute 10, qui a 145 kilomètres de long, soit rebaptisée par tronçons. La MRC a résolu de proposer à la commission qu’en cas d’attribution d’un autre nom à l’autoroute des Cantons-de-l’Est, qu’il soit donné à sa totalité.

La MRC de Rouville, qui regroupe près de 38 000 habitants, comprend les municipalités d’Ange-Gardien, Marieville, Richelieu, Rougemont, Saint-Césaire, Sainte-Angèle-de-Monnoir, Saint-Mathias et Saint-Paul d’Abbotsford.

L’autoroute 10 s’étend entre le centre-ville de Montréal, en tant que prolongement du boulevard Robert-Bourassa, et la jonction de l’autoroute 610, dans l’est de Sherbrooke.

 

 

La Presse canadienne