National
17:55 4 mai 2019 | mise à jour le: 8 mai 2019 à 00:04

De 100 à 200 militants péquistes assistent à un colloque sur l’indépendance

De 100 à 200 militants péquistes assistent à un colloque sur l’indépendance
Photo: Archives | TC MediaHier, la Ville de Montréal a pour sa part annoncé que toutes les activités culturelles, les festivals, rassemblements publics et événements sportifs seront annulées jusqu’au 2 juillet.

MONTRÉAL — De 100 à 200 jeunes militants péquistes ont participé samedi au colloque organisé par le Comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ), à l’Université de Montréal.

L’objectif de l’événement était de réfléchir sur la pertinence de la souveraineté du Québec, mais du point de vue des militants du parti âgés de 30 ans et moins. Si l’élément central du colloque a porté sur l’indépendance du Québec, la nouvelle réalité multipartite à l’Assemblée nationale mérite une attention particulière, au point de se demander si une réforme du mouvement souverainiste est nécessaire.

«On va en traiter dans un de nos panels», a indiqué la présidente de l’aile jeunesse du Parti Québécois, Frédérique St-Jean, en entrevue à La Presse canadienne, avant le début du colloque. Québec solidaire n’est pas sur le point de disparaître et le Parti québécois non plus, croit-elle. 

Les jeunes doivent avoir leur mot à dire dans ce nouveau paysage, selon Mme St-Jean.

«Les jeunes veulent du changement et je pense qu’ils vont s’inscrire en leaders dans cette nouvelle dynamique-là», a-t-elle affirmé. 

La présidente du CNJPQ s’attendait aussi à ce que les raisons qui motivent les jeunes à vouloir faire l’indépendance du Québec de nos jours varient par rapport aux générations antérieures.

«On va leur poser la question pour savoir si le sujet est encore d’intérêt. Je pense que si les jeunes viennent, c’est que ça les intéresse encore.»

L’heure à la réflexion

La présidente des jeunes militants péquistes ne croyait pas que les participants assistent à l’événement dans un esprit de confrontation, même si des militants de longue date du parti les ont accusés de vouloir prendre trop de place lors du dernier colloque national du PQ, certains leur reprochant même de faire de l’âgisme.

«Ce ne sera pas du tout dans la confrontation. C’est vraiment un colloque de réflexion. On veut que les jeunes reprennent possession du mouvement indépendantiste et que ça redevienne d’actualité», a-t-elle assuré. 

D’autres sujets d’actualité chers aux jeunes étaient aussi à l’ordre du jour des discussions. Il devait être notamment question de l’urgence de lutter contre les changements climatiques avec des experts en la matière. Un autre atelier devait porter sur le fossé qui se creuse entre riches et pauvres.

Les jeunes s’activent

Après ce colloque, le Comité national des jeunes du Parti québécois s’activera au cours de consultations cet été afin de bien connaître les préoccupations de ses membres.

«Il y aura un congrès à l’automne pour adopter les positions de l’aile jeunesse qui seront par la suite présentées au congrès extraordinaire du PQ en novembre», précise la présidente du CNJPQ.

Tout cela pour en arriver à un Parti québécois réformé, plus ouvert et plus enligné sur ses objectifs, de l’avis de Mme St-Jean.

Le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, s’est s’adressé aux jeunes militants en fin d’après-midi.

Helen Moka, La Presse canadienne

Articles similaires