National

Ghazal est blanchie, mais mise en garde par la Commissaire à l’éthique

Ghazal est blanchie, mais mise en garde par la Commissaire à l’éthique
Photo: Josie DesmaraisAmir Khadir et Ruba Ghazal

QUÉBEC — La Commissaire à l’éthique blanchit la députée Ruba Ghazal de Québec solidaire (QS), mais la met en garde.

Dans un avis rendu récemment dont La Presse canadienne a obtenu copie mercredi, la commissaire Ariane Mignolet conclut que la députée de Mercier n’est pas en conflit d’intérêts si elle prend part à une commission parlementaire qui se penchera sur le recyclage du verre, même si elle travaillait auparavant chez un fabricant de verre.

Toutefois, la commissaire appelle Mme Ghazal à la prudence si son ancien employeur, O-I Canada, témoigne à cette commission. «Vous pourriez envisager de vous retirer lors de l’audition d’O-I Canada devant la Commission (…). Le risque qu’il y ait une apparence de conflit d’intérêts s’en trouvera grandement diminué.»

Dans une entrevue téléphonique, Mme Ghazal a indiqué qu’elle allait se plier à cette recommandation. Toute cette controverse est orchestrée par le lobby qui s’oppose à la consigne du verre, qui est une solution que propose QS à la «crise du verre», a-t-elle déclaré.

«Les lobbys du verre sont inquiets, ils essaient donc de faire diversion», a-t-elle poursuivi.

Elle a assuré que son intérêt envers cet enjeu ne vient pas de son ancien emploi, mais bien du fait qu’elle est porte-parole en environnement de QS.

Avait-elle prévenu ses collègues députés en commission parlementaire sur ses antécédents professionnels quand elle a demandé à la commission de se pencher sur ce mandat d’initiative sur la consigne du verre?

«J’ai dit que je travaillais en environnement, en gestion des matières résiduelles, mais est-ce que j’ai parlé de O-I? Je ne me rappelle pas, durant la réunion, mais certainement avec d’autres personnes.»

Patrice Bergeron, La Presse canadienne