National

Des professeurs de l’UNB dénoncent les arguments «racistes» d’un collègue

Des professeurs de l’UNB dénoncent les arguments «racistes» d’un collègue
Photo: Ricardo Duchesne/La Presse canadienneLe professeur Ricardo Duchesne

FREDERICTON — Plus de 100 professeurs de l’Université du Nouveau-Brunswick ont signé une lettre dénonçant l’un de leurs collègues qui aurait défendu ce qu’ils considèrent être des arguments racistes en matière d’immigration.

Ricardo Duchesne, professeur titulaire au département de sciences sociales du campus universitaire de Saint-Jean depuis 1995, n’est pas étranger aux plaintes concernant ses opinions controversées, mais l’université a maintenant décidé d’ouvrir une enquête.

La lettre signée par ses collègues indique que les arguments du professeur Duchesne sur le multiculturalisme et l’immigration sont «racistes et sans mérite académique».

«Le racisme à l’université cause un préjudice réel et porte atteinte aux droits des étudiants et de leurs collègues de disposer d’un environnement de travail et d’apprentissage exempt de discrimination», écrivent les professeurs, en admettant que l’université constitue un haut-lieu de liberté académique.

Ricardo Duchesne, lui, soutient qu’il ne fait que son travail d’universitaire. «Je veux avoir ma propre voix», a-t-il déclaré en entrevue. «Je crois que c’est le but du Canada: permettre le débat et la liberté d’expression.»

Le président de l’université, Eddy Campbell, déclarait la semaine dernière que l’établissement examinait les allégations concernant l’un de ses professeurs et prendrait le temps nécessaire. Petra Hauf, vice-présidente du campus de Saint-Jean, a publié un communiqué cette semaine dans lequel elle affirmait qu’il existe une tolérance zéro pour le racisme et la discrimination, quelle que soit leur nature.

M. Duchesne s’attend à être convoqué par l’administration de l’université, mais le professeur titulaire n’a aucune intention de démissionner. «Je n’ai vraiment rien fait de mal: je ne suis ni raciste ni suprémaciste.»

Originaire de Porto Rico, M. Duchesne croit que la controverse vient d’un livre qu’il a publié en 2017, intitulé «Canada in Decay: Mass Immigration, Diversity, and the Ethnocide of Euro-Canadians» (Le Canada en décomposition: immigration de masse, diversité, et l’ethnocide des Euro-Canadiens).

«Je suis un critique sévère de l’immigration», a-t-il expliqué en entrevue. «Je crois que le Canada et tous les pays occidentaux sont prêts à se diversifier complètement grâce à une immigration massive, et j’essaie de comprendre pourquoi. Qui a eu l’idée que toutes les nations blanches devaient se diversifier, alors que cela ne se produit pas au Japon, en Corée, en Chine, au Mexique — seulement dans les nations blanches?» Il a appelé notamment à une réduction draconienne des seuils d’immigration au Canada et à la nécessité de «préserver notre patrimoine et notre culture».

Mercredi, la Société historique du Canada a également écrit une lettre condamnant les points de vue de M. Duchesne.

En plus de ses livres, le professeur Duchesne s’est également attiré des critiques pour des commentaires sur les musulmans publiés sur un blogue qu’il a créé.

La Presse canadienne