National

Les promesses électorales des partis doivent être conservées, clame le PLQ

Les promesses électorales des partis doivent être conservées, clame le PLQ
Photo: La Presse canadienne/Jacques BoissinotLe député libéral Marc Tanguay

QUÉBEC — La liste des promesses électorales doit être conservée et non rayée des sites web des partis politiques une fois la campagne terminée, clame le Parti libéral du Québec (PLQ).

Son porte-parole en matière d’accès à l’information, Marc Tanguay, s’est offusqué mercredi du retrait des engagements électoraux et du cadre financier du site web de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Il réagissait à l’article du Journal de Québec, qui révélait que les promesses électorales de la CAQ ont disparu dans la récente refonte du site web du parti.

La directrice des communications de la CAQ, Valérie Schmaltz, a assuré qu’il s’agissait d’une situation temporaire liée aux travaux de mise à jour.

M. Tanguay a rappelé que pendant la campagne électorale, la CAQ a choisi de biffer les mots «natalité» et «pétrole» de son site web. Le chef de la CAQ, François Legault, avait assuré qu’il s’agissait d’une modification esthétique.

Ses adversaires politiques avaient plutôt perçu un malaise avec des thèmes mis de l’avant par la CAQ avant le début de la campagne électorale.

Mercredi, M. Tanguay a soutenu qu’il est essentiel de conserver les engagements électoraux des partis, car «nous sommes en démocratie». Il s’est dit en faveur de la publication des promesses électorales sur le site web de l’Assemblée nationale.

Il a accusé la CAQ de manquer de transparence et de cacher ses promesses à ce stade-ci pour empêcher les journalistes et les citoyens de les comparer aux réalisations du gouvernement Legault.

«L’objectif, c’est de faire en sorte qu’on ne puisse pas comparer leurs engagements versus leurs promesses remplies, a déclaré M. Tanguay en mêlée de presse. Ça prend de la transparence, ça prend des modes d’évaluation.

«Tout outil démocratique qui permet de faire le suivi nécessaire quant à ces engagements-là, je pense qu’on doit être ouvert à cela. Là on voit que c’est laissé au bon vouloir des partis», a-t-il ajouté.

Caroline Plante, La Presse canadienne