National

Des environnementalistes critiquent la liste de demandes des pétrolières

Des environnementalistes critiquent la liste de demandes des pétrolières
Photo: Jason Franson/La Presse canadienneRaffinerie pétrolière à Edmonton

OTTAWA — Plusieurs groupes environnementaux estiment que la liste de demandes électorales de l’industrie pétrolière canadienne représente une attaque directe contre la santé et la prospérité futures des Canadiens.

L’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) a publié cette semaine une série de mesures qu’elle espère voir dans la plateforme des partis politiques lors de la prochaine campagne électorale.

L’industrie a notamment appelé les partis à augmenter la production de pétrole et de gaz et à construire de nouveaux oléoducs pour que le Canada puisse exporter davantage ses ressources.

Dale Marshall, responsable de programme national à Environmental Defence, a déclaré que si la communauté internationale veut mettre un terme au réchauffement climatique, il faut cesser d’utiliser des combustibles fossiles, et ne pas en produire davantage.

Le président de l’ACPP, Tim McMillan, a fait valoir que le pétrole canadien est produit avec des normes environnementales plus élevées. Il est donc préférable pour l’environnement que les pays étrangers l’achètent et l’utilisent au lieu de se procurer ces carburants dans les pays aux normes moins strictes, a-t-il soutenu.

M. McMillan a ajouté que le Canada devrait être prêt à combler les besoins des marchés émergents en Inde, en Chine et en Asie du Sud-Est, qui augmentent leur demande de combustibles fossiles.

«Chaos climatique»

Environmental Defence, la Fondation David Suzuki et Greenpeace Canada sont parmi les quelques organismes qui ont signé un communiqué commun, mercredi, pour encourager les partis politiques à rejeter la vision de l’industrie pétrolière.

M. Marshall plaide que l’investissement dans les énergies propres et renouvelables — qui peuvent être exportées — aurait les mêmes avantages économiques sans les catastrophes climatiques qui l’accompagnent.

L’idée selon laquelle le pétrole canadien serait plus propre que celui des autres est une erreur, a-t-il poursuivi.

«Je dirais carrément que les priorités présentées dans ce document de l’Association canadienne des producteurs pétroliers sont une recette pour le chaos climatique», a-t-il tranché.

Vision des différents partis

Tant l’industrie pétrolière que les groupes environnementaux ont assuré qu’ils ne se rangeraient pas derrière un parti.

Cependant, M. Marshall a reconnu que les programmes sur le climat et l’environnement présentés par le Parti vert et le Nouveau Parti démocratique (NPD) «auraient pu être écrits par la communauté de l’environnement».

Les libéraux et les conservateurs n’ont pas encore publié leur plateforme environnementale pour les élections, bien que la tarification sur le carbone soit une politique phare des libéraux.

Le chef conservateur Andrew Scheer promet un discours important sur l’environnement plus tard ce mois-ci. Cependant, une grande partie de la vision du plan de l’ACPP — notamment les propositions d’accroître les exportations canadiennes et de remplacer le pétrole étranger par la production canadienne — correspond directement à la vision que M. Scheer a exposée dans un récent discours sur l’économie. 

M. Marshall juge «inquiétant» que les conservateurs soient si étroitement liés aux intérêts d’une industrie.

Mia Rabson, La Presse canadienne