National

Crise des ordures: Manille normalise petit à petit ses relations avec le Canada

Crise des ordures: Manille normalise petit à petit ses relations avec le Canada
Environmentalists carry a mock container of garbage from Canada as they protest at the Philippine Senate to demand the Canadian government speed up the removal of several containers of garbage that were shipped to the country six years ago Friday, May 24, 2019 in suburban Pasay city, south of Manila, Philippines. The Philippines is slowly normalizing diplomatic relations with Canada now that the trash tiff of 2019 has come to a close.THE CANADIAN PRESS/AP/Bullit Marquez

OTTAWA — Les Philippines normalisent petit à petit leurs relations diplomatiques avec Ottawa, maintenant que le Canada a décidé de rapatrier ses ordures.

Le secrétaire de la présidence des Philippines, Salvador Medialdea, a adressé cette semaine une note de service aux directions des ministères et sociétés d’État, dans laquelle il précise que l’embargo sur les relations avec les hauts fonctionnaires canadiens est maintenant terminé. Les voyages de fonctionnaires à destination du Canada sont aussi autorisés dorénavant.

On ignore toutefois à quel moment l’ambassadeur et les consuls généraux des Philippines reviendront au Canada. Ils avaient été rappelés à Manille jusqu’à ce que le Canada vienne récupérer les dizaines de conteneurs d’ordures ménagères qui pourrissaient dans les ports philippins depuis près de six ans.

Les ordures canadiennes expédiées aux Philippines étaient faussement étiquetées comme des matières de plastique destinées au recyclage. Les conteneurs ont finalement été chargés le 30 mai à bord d’un navire à destination de Vancouver.

Le litige avait pris de l’ampleur en avril lorsque le président Rodrigo Duterte a menacé de «déclarer la guerre» au Canada si les déchets n’étaient pas rapatriés. Lorsque le Canada a raté la date butoir du 15 mai pour la récupération des déchets, le président Duterte a rappelé les diplomates philippins en poste au Canada et décrété une interdiction de tout déplacement et de toute relation bilatérale.

La Presse canadienne