National

Grassy Narrows:un rapporteur de l’ONU dénonce l’inaction du gouvernement fédéral

Grassy Narrows:un rapporteur de l’ONU dénonce l’inaction du gouvernement fédéral
Photo: Fred Chartrand/La Presse canadienne

OTTAWA — Les problèmes vécus par une Première Nation du nord de l’Ontario à la suite d’une contamination au mercure sont «emblématiques» de la tendance généralisée de l’inaction des autorités, a déploré jeudi un expert des droits de la personne de l’ONU.

Baskut Tuncak, le rapporteur spécial sur les incidences sur les droits de l’homme de la gestion et de l’élimination écologiquement rationnelles des produits et déchets dangereux, a présenté ses conclusions préliminaires à l’issue d’une visite de deux semaines au Canada.

Il a notamment visité des communautés autochtones affectées par des substances toxiques.

Selon lui, la lutte contre la contamination au mercure à Grassy Narrows aurait dû être entreprise il y a 50 ans. L’affaire aurait dû être considérée comme «la plus haute des priorités», a ajouté M. Tuncak.

Il a aussi dénoncé l’incapacité du gouvernement à expliquer son «inaction».

Le chef de la Première Nation de Grassy Narrows, Rudy Turtle, a exhorté le gouvernement fédéral à verser 88,7 millions $ – le coût estimé d’un établissement de santé spécialisé pour les membres de la communauté souffrant de problèmes de santé liés à la contamination – à un fonds de fiducie afin de garantir la réalisation du projet, quel que soit le résultat des élections fédérales d’octobre.

Le ministre des Services aux Autochtones, Seamus O’Regan, s’est engagé à signer un accord sur la réalisation du projet, mais les deux parties ne sont pas parvenues à une entente lors de sa visite à Grassy Narrows, la semaine dernière.

Le gouvernement fédéral croit que la création d’un fonds de fiducie retardera le projet. Il préférerait plutôt signer un accord de contribution.

Les populations autochtones de Grassy Narrows, à environ 90 kilomètres au nord de Kenora, en Ontario, dénoncent depuis des décennies la contamination au mercure provenant de déchets chimiques dans la région.

Ce métal lourd a été déversé dans le réseau hydrographique des rivières English et Wabigoon au cours des années 1960 et 1970, et ces déversements ont empoisonné les poissons et les habitants qui dépendent de la rivière Wabigoon comme source d’eau potable et de nourriture.

La Presse canadienne