National

Danielle McCann laisse planer le doute sur les pénalités à imposer aux médecins

Danielle McCann laisse planer le doute sur les pénalités à imposer aux médecins
Photo: Archives MétroDanielle McCann

QUÉBEC — La ministre de la Santé, Danielle McCann, a laissé planer le doute, vendredi, sur les pénalités à imposer aux médecins de famille qui ne feraient que prendre de nouveaux patients sans jamais les voir.

Alors que jeudi elle laissait entendre qu’elle pourrait frapper de sanctions les médecins, vendredi elle était incapable de dire s’il y aurait bel et bien des pénalités. 

Dans une entrevue jeudi soir à Radio-Canada, Mme McCann a assuré maintenir les pénalités associées à la loi 20 du précédent gouvernement libéral pour faire en sorte que les patients inscrits soient vus dans 80 pour cent du temps. 

Elle avait passé la journée à défendre la décision de son gouvernement d’accorder une nouvelle prime aux omnipraticiens pour les inciter à prendre plus de patients. Les partis d’opposition ont unanimement dénoncé cette initiative, qui n’est accompagnée, selon eux, d’aucune obligation de résultats.

«Elle demeure, la pénalité, parce que c’est très important», a déclaré Mme McCann en entrevue jeudi soir. Pourtant, pendant la journée, la ministre n’avait pas manqué de souligner que le «ton» de l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette et «la crainte de la loi 20» avaient fait perdre 450 médecins au Québec.

«On a eu beaucoup de départs de médecins de famille qui ont quitté la pratique, qui sont allés ailleurs au Canada ou dans le monde. On a eu vraiment des dommages avec cette approche-là», avait-elle dit en mêlée de presse.

Appelée à clarifier sa position vendredi, la ministre a été incapable de dire s’il y aura des sanctions. «Moi, je pense que les transformations qu’on doit faire dans le réseau, il faut qu’on le fasse en collaboration avec l’ensemble des acteurs», a-t-elle dit. 

En vertu de la loi 20, le gouvernement a la possibilité d’appliquer des pénalités financières aux médecins pouvant aller jusqu’à 30 pour cent. Pour ce faire, il doit cependant présenter un règlement qui doit être soumis à la consultation.

Les cibles fixées, mais non atteintes par l’ancien gouvernement libéral, correspondent à un taux d’inscription de 85 pour cent et un taux d’assiduité de 80 pour cent.

Selon Mme McCann, 4000 médecins de famille au Québec ont moins de 1000 patients à leur charge, pour une moyenne de 900 patients par médecin. En Ontario, cette moyenne est de 1500 patients par médecin.

Caroline Plante, La Presse canadienne