National

La députée néo-démocrate Christine Moore ne se représentera pas

La députée néo-démocrate Christine Moore ne se représentera pas
Photo: La Presse canadienneChristine Moore

OTTAWA — La députée néo-démocrate Christine Moore a emboîté le pas à plusieurs de ses collègues québécois en annonçant qu’elle ne se représenterait pas aux élections fédérales de 2019.

La députée fédérale d’Abitibi-Témiscamingue a déclaré dans un communiqué vendredi qu’elle continuerait de «militer pour promouvoir des idées progressistes», mais à l’extérieur de la Chambre des communes.

Dans sa déclaration, Mme Moore ne donne pas de raison précise à son départ, mais elle dit que le travail de député est exigeant, «d’autant plus lorsqu’on doit vivre jour après jour avec l’immobilisme et l’hypocrisie des vieux partis».

La députée sortante s’en prend au gouvernement libéral, qui selon elle, a «décidé de fermer la porte à tout changement et s’est installé comme défenseur du statu quo».

Mme Moore devient ainsi la onzième députée néo-démocrate à annoncer son départ en vue du prochain scrutin. Trois anciens députés (Thomas Mulcair, Kennedy Stewart et Sheila Malcomson) ont déjà démissionné.

Au Québec, dix députés sur quinze brigueront un nouveau mandat en octobre prochain.

Mme Moore, une infirmière de formation, avait été élue dans la foulée de la «vague orange» de 2011 et avait défait le député bloquiste de longue date Marc Lemay. Elle avait été réélue par une avance de 12 points de pourcentage en 2015.

Dans sa déclaration, Mme Moore a remercié les citoyens de sa circonscription, qui lui ont donné «tant d’amour et de confiance, malgré les hauts et les bas (qu’elle a) connus dans les dernières années».

Christine Moore s’était retrouvée dans une controverse en mai 2018 lorsqu’un article de la CBC avait rapporté que la députée faisait l’objet d’allégations d’inconduite sexuelle. Un ex-militaire l’accusait d’avoir eu un comportement inapproprié à son égard, alors que Mme Moore disait avoir eu une relation consensuelle avec l’individu.

La députée, qui avait été temporairement suspendue du caucus néo-démocrate, avait finalement été blanchie par une enquête indépendante et la CBC avait dû présenter ses excuses.

Mme Moore avait elle-même dénoncé plusieurs collègues quant à des allégations de harcèlement.

En février 2018, Christine Moore avait accusé l’ancien député néo-démocrate Erin Weir d’avoir harcelé plusieurs femmes dans un courriel envoyé à l’ensemble du caucus du NPD. Celui-ci a été exclu du caucus néo-démocrate après avoir fait l’objet d’une enquête indépendante.

Elle avait également allégué en 2014 que deux députés libéraux avaient eu des inconduites sexuelles à son égard et à l’égard d’une autre députée du NPD. Massimo Pacetti et Scott Andrews avaient été exclus du caucus libéral après une enquête indépendante. M. Pacetti ne s’était pas représenté aux élections fédérales de 2015, tandis que M. Andrews, qui était candidat indépendant, avait perdu.

La Presse canadienne