National

Les ossements du parc Forillon sont ceux des victimes d’un vieux naufrage

Les ossements du parc Forillon sont ceux des victimes d’un vieux naufrage
Photo: Archives MétroL'agence fédérale a indiqué que les ossements de 21 individus découverts sur la plage de Cap-des-Rosiers au cours des récentes années appartenaient aux victimes du naufrage du Carrick de Whitehaven, un vaisseau irlandais qui s'est échoué au large de Gaspé pendant qu'il s'est dirigeait vers Québec, il y a plus de 170 ans.

MONTRÉAL — Les restes humains découverts en 2011 et en 2016 au parc national Forillon, en Gaspésie, étaient ceux d’immigrants irlandais qui avaient fui la famine et avaient fait naufrage en 1847, a confirmé Parcs Canada.

L’agence fédérale a indiqué que les ossements de 21 individus découverts sur la plage de Cap-des-Rosiers au cours des récentes années appartenaient aux victimes du naufrage du Carrick de Whitehaven, un vaisseau irlandais qui s’est échoué au large de Gaspé pendant qu’il s’est dirigeait vers Québec, il y a plus de 170 ans.

L’analyse des ossements menée par des scientifiques de l’Université de Montréal a permis «de déterminer que le régime alimentaire de ces individus s’apparentait à celui d’une population rurale vivant d’une agriculture basée essentiellement sur la culture de la pomme de terre, régime alimentaire typique de l’Irlande de la première moitié du XIXe siècle», a indiqué Parcs Canada par voie de communiqué. Elles ont aussi permis de constater «que les naufragés souffraient de pathologies, fort probablement causées par la malnutrition, elle-même engendrée par la famine qui sévissait alors en Irlande».

Parcs Canada a aussi annoncé que les restes humains seront inhumés près du Monument aux Irlandais sur la plage de Cap-des-Rosiers lors d’une cérémonie qui aura lieu au cours de l’été.

La réalisatrice Viveka Melki, qui a tourné un documentaire racontant l’histoire du naufrage, a dit que cette découverte confirmait ce que les résidants de l’endroit savaient depuis longtemps.

Au cours de ses recherches, Mme Melki a parlé à des descendants des survivants de la tragédie. Elle a retrouvé la nécrologie d’un prêtre qui racontait l’histoire d’une tombe commune creusée sur la plage et décrivait une rive jonchée de cadavres.

Elle espère que cette annonce et la future cérémonie funèbre permettront à la population de tourner la page sur cette tragédie.