National

Une sénatrice lie des pannes d’électricité à Regina aux politiques de Trudeau

Une sénatrice lie des pannes d’électricité à Regina aux politiques de Trudeau
Photo: Michael Bell/La Presse canadienneDenise Batters

REGINA — Une sénatrice conservatrice de la Saskatchewan affirme que les pannes d’électricité à Regina représentent un «aperçu de l’avenir du Canada» si Justin Trudeau est réélu premier ministre.

Le sénatrice Denise Batters a fait ces commentaires sur Twitter samedi.

Dans son message, elle affirme que ces pannes importantes dans le sud-est de la capitale saskatchewanaise donnent une idée de ce qui va se passer si M. Trudeau «continue de mettre en œuvre son terrible programme anti-énergétique».

Elle a aussi fait référence à la taxe sur le carbone, et à un projet de loi visant à réformer les évaluations environnementales de grands projets énergétiques.

Mme Batters est une fervente opposante aux politiques énergétiques du gouvernement Trudeau et a participé avec d’autres représentants conservateurs à des rassemblements pro-oléoduc.

La sénatrice ne voulait pas élaborer davantage sur ses messages, a indiqué sa porte-parole. L’attaché de presse du chef conservateur Andrew Scheer n’avait pas non plus de commentaire.

La société SaskPower n’a pas fait référence aux propos de la sénatrice, mais elle a affirmé que les pannes de samedi avaient été causées par un problème majeur de transformateur. Quelque 7000 clients ont été affectés.

«Environ un tiers des pannes imprévues sont causées par une panne d’équipement, les événements météorologiques et la faune représentant les deux tiers restants», a déclaré lundi le porte-parole Jordan Jackle.

Les équipes ont rétabli le courant dans les trois heures suivantes et ont réparé le transformateur dimanche, a-t-il ajouté.

Ce n’est pas la première fois que Mme Batters se retrouve sous les projecteurs pour ses messages écrits sur Twitter.

L’année dernière, elle s’est excusée auprès du député libéral Omar Alghabra après avoir déclaré qu’il fallait lui demander si ses antécédents en Arabie saoudite avaient une incidence sur sa gestion du conflit avec le royaume, en tant que secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères.

Stephanie Taylor, La Presse canadienne