National

Un avocat de Joshua Boyle pourra présenter des preuves des antécédents sexuels

Un avocat de Joshua Boyle pourra présenter des preuves des antécédents sexuels
Joshua Boyle arrives to court in Ottawa on Monday, March 25, 2019. A lawyer for Joshua Boyle can introduce evidence of his client's estranged wife's past sexual history at the former Afghanistan hostage's trial, the Ontario Superior Court of Justice has ruled. THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick

OTTAWA — Un avocat de Joshua Boyle pourra présenter des preuves des antécédents sexuels de son épouse lors du procès de l’ancien otage en Afghanistan, a statué la Cour supérieure de justice de l’Ontario.

Joshua Boyle, 35 ans, a plaidé non coupable à la Cour de justice de l’Ontario pour des infractions contre Caitlan Coleman, 33 ans, comprenant voies de fait, agressions sexuelles et séquestration.

Le jugement de la Cour supérieure confirme la décision rendue le mois dernier par le juge Peter Doody, qui avait fait l’objet d’une demande de révision de l’avocat de Caitlan Coleman, Ian Carter.

«La Cour estime que le juge Doody a eu raison de conclure que la preuve proposée avait une valeur probante non négligeable, que le danger de préjudice à la bonne administration de la justice ne l’emporte pas de manière substantielle», a écrit le juge Ronald Laliberté dans une décision rendue mardi.

Les gestes auraient été commis à la fin de 2017, à la suite du retour du couple au Canada après cinq ans en tant que captifs d’extrémistes liés aux talibans qui les auraient enlevés lors d’un voyage de randonnée.

En avril, la défense a demandé à présenter des éléments de preuve concernant certaines activités sexuelles consenties entre Joshua Boyle et Caitlan Coleman.

Ces informations ne sont censées être recevables que si elles sont directement pertinentes pour l’affaire et ne doivent pas être utilisées pour suggérer qu’un plaignant n’est pas digne de confiance ou était plus susceptible d’avoir consenti à une activité sexuelle en raison de ses antécédents.

Le procès de Joshua Boyle, qui a débuté fin mars, a été suspendu le mois dernier en raison du différend relatif aux preuves.

Le procès doit reprendre le 2 juillet.

La Presse canadienne