National

SRB Pie-IX: le CPE La Marmaille espère encore faire modifier le tracé

SRB Pie-IX: le CPE La Marmaille espère encore faire modifier le tracé
Photo: Ryan Remiorz/La Presse canadienneMartin Boucher, directeur du CPE La Marmaille à Laval.

MONTRÉAL — Le CPE La Marmaille, à Laval, ne lâche pas le morceau dans son bras de fer avec l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) afin de faire modifier le tracé du SRB Pie-IX, dont les autobus doivent éventuellement passer directement sur son terrain. La direction garde espoir, mais le temps presse.

Cette histoire, dévoilée en février par La Presse canadienne, a connu plusieurs développements au cours des derniers mois. Comme promis, la ministre déléguée aux Transports et responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, a tenu une rencontre réunissant les représentants du CPE et toutes les parties impliquées dans le SRB Pie-IX, à l’exception de la Ville de Laval.

Une rencontre positive, selon le directeur général intérimaire de La Marmaille, Yannick Agricole. Celui-ci révèle avoir pu constater une réelle ouverture de la part de la ministre et de l’ARTM en vue d’ajouter une voie de contournement au tracé pour éviter que les parents et les enfants n’aient pas à croiser, matin et soir, le corridor où vont circuler des autobus toutes les trois minutes.

Le hic, c’est que cette voie de contournement nécessite l’accord de la Ville de Laval, car elle doit empiéter sur des terrains municipaux, et que cette dernière semble se faire tirer l’oreille.

«Les choses allaient bon train, là il y a un petit pépin dans l’engrenage du côté de la Ville de Laval. Ce que je peux garantir, c’est qu’on va trouver des solutions qui vont convenir à chacune des parties parce qu’on veut s’assurer de la sécurité des parents et des enfants», a assuré la ministre Chantal Rouleau en marge d’une conférence de presse à Montréal, samedi dernier.

Frictions avec le conseil municipal

En début de semaine dernière, le 4 juin, M. Agricole a rencontré le conseil municipal de Laval et a déposé une étude de sécurité commandée par le CPE auprès de la firme de génie GBI. Le document de vingt pages conclut que «plusieurs éléments» dans l’aménagement prévu autour des deux installations du CPE La Marmaille «risquent de causer des situations non sécuritaires donc des accidents entre des véhicules et des usagers vulnérables».

Les ingénieurs recommandent de réaménager les accès aux stationnements de la garderie qui accueille 142 enfants.

D’après Yannick Agricole, il se serait buté à une fin de non-recevoir de la part du maire de Laval, Marc Demers. Consultante en communications embauchée par le CPE La Marmaille, Catherine Escojido rapporte qu’au lieu de répondre qu’il analyserait l’étude en question, le maire aurait renvoyé la balle à l’ARTM en disant que ça ne le regarde pas.

«Alors, malheureusement, un pauvre CPE avec des parents bénévoles se retrouve coincé entre les paliers de gouvernement et se fait promener entre la ville, l’ARTM, le ministère, etc.», déplore-t-elle.

Le cabinet du maire de Laval a refusé notre demande d’entrevue sur le sujet. Par courriel, la directrice des communications, Valérie Sauvé, soutient toutefois que l’étude de sécurité déposée par le CPE fait l’objet d’une analyse.

«La question de la sécurité des usagers qu’ils soient piétons, cyclistes ou automobilistes est une préoccupation qui anime avec raison l’ensemble des intervenants de ce dossier. La Ville de Laval entend s’impliquer avec ses partenaires publics pour convenir d’aménagements sécuritaires pour les usagers du CPE La Marmaille», écrit Mme Sauvé.

Un «comité de bon voisinage» aurait également été formé par le bureau de projet du SRB Pie-IX pour trouver une solution au problème.

De son côté, la ministre Chantal Rouleau accueille favorablement les conclusions de la firme GBI. «Nous, on prend cette étude et on va appliquer des solutions», a-t-elle dit en qualifiant ces préoccupations de tout à fait légitimes.

La ministre a assuré en entrevue que son équipe allait «mettre les énergies et les ressources nécessaires pour que ça avance».

Une autoroute d’autobus

Selon l’aménagement prévu du tracé du SRB Pie-IX, des autobus circuleront toutes les trois minutes directement sur le terrain actuel des deux installations du CPE La Marmaille. Les imposants véhicules circulant à quelques mètres à peine des bâtiments.

Au total, le projet de service rapide par bus prévoit 11 kilomètres de voies réservées le long du boulevard Pie-IX depuis Laval et à travers toute l’île de Montréal. Le CPE conteste le tronçon situé dans le secteur du boulevard de la Concorde et de la rue Rose-de-Lima, où l’on prévoit l’aménagement d’un arrêt.

Actuellement, les deux installations du CPE La Marmaille sont enclavées, au bout d’une profonde allée de stationnements, derrière une caserne d’incendie et au cœur d’un centre de la nature. Aucune voie publique ne borde le CPE.

Pour aménager l’arrêt de bus, les plans nécessitent l’expropriation de deux résidences, puis la construction d’une voie qui passe sur le terrain avant des garderies et enfin d’un boulevard à quatre voies qui s’arrêtera à six mètres des locaux où se trouvent les enfants.

Tout cela fait en sorte que les autobus qui circulent en direction sud sur le boulevard Pie-IX vont devoir emprunter un long détour en empruntant le boulevard de la Concorde, en contournant la caserne d’incendie, en passant directement sur le terrain de la garderie, puis en allant rejoindre la future voie rapide du boulevard Pie-IX pour reprendre leur itinéraire vers Montréal.

 

Ugo Giguère, La Presse canadienne