National

Une autre recrue de Maxime Bernier est adepte de théories du complot

Une autre recrue de Maxime Bernier est adepte de théories du complot
Photo: Sean Kilpatrick/ La Presse canadienneMaxime Bernier

MONTRÉAL — Tina Di Serio, une nouvelle candidate du Parti populaire du Canada dans la circonscription de St-Michel-Saint-Léonard semble adhérer à plusieurs théories du complot.

Tout récemment, elle a relayé sur les réseaux sociaux une publication rapportant que le premier ministre Justin Trudeau, la gouverneure générale Julie Payette et le nonce apostolique au Canada étaient accusés d’avoir délibérément planifié les meurtres d’autochtones afin de vendre leurs terres à des entrepreneurs chinois et même de faire partie d’un prétendu «réseau de traite d’enfants connu sous le nom de Twelve Mille Club».

La nouvelle recrue de Maxime Bernier adhère aussi à d’autres conspirations largement démenties

La Presse canadienne s’est intéressée au compte Twitter de la candidate, qui a toutefois été fermé, une heure après un entretien avec Mme Di Serio.

Interrogée sur la première élucubration au cours d’une entrevue téléphonique réalisée samedi soir, Mme Di Serio a affirmé que cette histoire avait été publiée par le Journal de Montréal.

La Presse canadienne a insisté: «Vous avez lu dans le Journal de Montréal qu’il y avait un mandat lancé contre Justin Trudeau ?»

«Oui, a-t-elle répondu, mais pas juste dans le Journal, partout dans internet.»

Évidemment, la publication de Québecor n’a jamais publié une telle information.

Après une courte conversation, la candidate du Parti populaire du Canada a proposé de la poursuivre plus tard, car elle avait «un souper avec des amis». Un rendez-vous téléphonique a été fixé au lendemain, mais Mme Di Serio n’a pas répondu lorsqu’on a tenté de la joindre. 

C’est après ce bref entretien que le compte Twitter de la néo-politicienne a été désactivé. Quelques heures plus tard, un nouveau compte à son nom faisait son apparition. Mme Diserio a ensuite expliqué qu’elle regrettait d’avoir relayé de fausses informations.

«J’ai été imprudente en retweetant sur mon compte certains articles contenant des fausses nouvelles trouvées sur internet ou que d’autres personnes m’avaient transmises. J’ai effacé ces tweets», a-t-elle raconté dans un courriel envoyé à La Presse canadienne dimanche.

Messages surprenants

La Presse canadienne a conservé un nombre de messages pour le moins surprenants, qui avait été publié sur le compte original de la candidate.

À plusieurs reprises dans ces publications, toutes rédigées en anglais, sur Twitter, Tina Di Serio traite le premier ministre du Canada de criminel, elle soutient aussi qu’il souhaite la mort des citoyens canadiens, par exemple dans cette publication datant du 31 mai dernier:

«Le 5G est dangereux et hautement néfaste pour la santé des humains et des animaux. Sachant cela, le fou de Trudeau veut que les Canadiens meurent. Il commence à m’énerver. Pourquoi la Chine devrait-elle contrôler le Canada?»

Dans ce message, elle fait référence au réseau Internet mobile 5G qui comporte effectivement des risques pour la santé, selon certains scientifiques, mais le gouvernement Trudeau n’a pas encore pris de décision à savoir s’il permettrait ou non le déploiement de cette technologie au pays par le géant chinois Huawei.

Le 6 mai, Tina Di Serio a écrit que «les ANTIFA (groupes se revendiquant de l’antifascisme) sont la propriété de George Soros, qui était un NAZI sous Hitler et est toujours un NAZI». Le message était accompagné d’une photo de George Soros devant une croix gammée. M. Soros, un philanthrope milliardaire américain qui finance régulièrement le parti démocrate, est souvent la cible de groupes complotistes et fascistes aux États-Unis. Les graves accusations soutenant que le financier d’origine juive est ou aurait été un nazi ont maintes fois été démenties.

Tina Di Serio croit aussi que l’Organisation des Nations-Unis est une «organisation criminelle qui sert à asservir l’humanité» et «les politiciens qui sont des marionnettes de l’ONU devraient être arrêtés pour trahison».

Elle semble aussi en vouloir beaucoup aux médias traditionnels qui sont «les ennemis du peuple» ou encore «des communistes hardcores» , qu’elle traite régulièrement de «Fake News». Dans un tweet, elle a écrit que les «Fake News participent à tuer le Canada et les Canadiens».

Sur son fil Twitter, elle a régulièrement indiqué que «les changements climatiques ne représentaient aucun danger» et que «les groupes environnementaux répandaient des mensonges pour effrayer les gens» et aussi que les Canadiens devraient avoir un débat sur la pertinence des vaccins.

Tina Di Serio n’est pas la seule candidate du Parti populaire du Canada à remettre en question l’utilité des vaccins ou encore les études scientifiques concernant les changements climatiques. Il y a un mois, La Presse canadienne publiait un article sur le candidat dans Portneuf–Jacques-Cartier, Ken Pereira, qui partage lui aussi fréquemment des liens provenant de sites internet reconnus pour répandre des fausses nouvelles et des théories du complot.

La Presse canadienne a tenté de joindre la directrice des communications du Parti populaire du Canada afin de parler à Maxime Bernier, mais n’avait pas obtenu de réponse au moment de publier ces informations.

Stéphane Blais, La Presse canadienne