National

Québec investit 1,7G$ dans le réseau d’éducation primaire et secondaire

Québec investit 1,7G$ dans le réseau d’éducation primaire et secondaire
Photo: Jacques Boissinot/La Presse canadienneLe ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Jean-François Roberge

CHAMBLY, Qc — Québec passe de la parole aux actes avec un investissement massif dans le réseau d’éducation primaire et secondaire.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé lundi à Chambly, en Montérégie, un investissement de 1,7 milliard $ pour l’ajout d’espace en classe dès 2019-2020.

L’argent ira à 128 projets distincts qui se traduiront par l’ajout de 1000 classes au niveau préscolaire et primaire — soit un équivalent d’environ 23 000 places — et de plus de 21 500 places au niveau secondaire.

Parmi ces 128 projets, on note la construction de 51 nouvelles écoles, le reste étant des agrandissements ou même, dans certains cas, l’achat de bâtiments existants et leur reconversion en écoles.

Le ministre ne manque pas d’ambition, ou d’optimisme diront certains, alors que sa cible est de faire construire toutes les nouvelles écoles primaires en deux ans, soit pour une inauguration en septembre 2021, et les écoles secondaires en trois ans avec une inauguration à la rentrée, ce qui, selon le ministre, serait «du jamais vu».

«Pratiques du passé dépassées»

«Les précédents gouvernements n’ont pas investi suffisamment à la hauteur des besoins pendant plusieurs années pour répondre aux demandes», a déclaré le ministre, ne ratant pas l’occasion de lancer une pointe qui visait particulièrement les gouvernements libéraux.

«Il y a eu des crises de locaux, des crises qu’on est obligés de gérer de façon parfois désagréable avec des solutions temporaires», a-t-il déploré, citant en exemple des fermetures pour manque d’espace de bibliothèques, de locaux de spécialistes tels des psychologues, des classes d’anglais ou de musique.

«Ça n’a pas de bon sens», a pesté le ministre Roberge, qualifiant le tout «d’inacceptable».

«On vient rompre pour de bon avec ces pratiques du passé que j’appellerais des pratiques dépassées», a-t-il imagé.

Le ministre se défend d’ajouter de l’espace pour accommoder le projet de maternelles 4 ans du gouvernement caquiste, faisant valoir que les ajouts annoncés lundi étaient nécessaires bien avant et que tous les projets sont des projets qui étaient déjà approuvés pour lesquels les budgets n’avaient jamais été débloqués. Il n’a toutefois pas caché que l’annonce vient ouvrir la porte au déploiement: «c’est sûr que si on arrête d’être en pénurie de locaux, c’est plus facile d’ouvrir davantage de classes».

Du neuf, mais aussi du rénové

L’annonce de lundi vise par ailleurs strictement la construction, a précisé le ministre qui promet deux autres annonces importantes, dont une visant les écoles existantes. «On a tout un chantier pour rénover aussi des écoles et les embellir. Rénover, ça ne veut pas juste dire changer des fenêtres quand elles sont désuètes. Ça veut dire jeter des murs par terre», a-t-il précisé, ajoutant que les détails seront connus bientôt.

L’autre annonce prévue sera le dévoilement d’un guide de planification entourant la nouvelle «signature architecturale» des établissements d’enseignement, largement inspiré par les travaux de chercheurs de l’Université Laval et du Lab-École fondé par Pierre Thibault, Pierre Lavoie et Ricardo Larrivée.

«Ils ont fait une tournée, une grande consultation à laquelle beaucoup d’enseignants, d’enseignantes et de directions ont participé. Ils sont aussi allés voir à l’international», a rappelé Jean-François Roberge.

Financement accéléré

Le ministre Roberge annonce du même coup des modifications aux règles de financement du ministère afin de permettre le démarrage de projets dès cet été.

En vertu de cette nouvelle méthode de planification pluriannuelle, 29 projets profiteront rapidement d’une enveloppe représentant 10 pour cent de leur coût total pour ce démarrage hâtif, financement qui pourra être complété lorsque les commissions scolaires seront en mesure de passer aux autres étapes de réalisation.

Le ministre Roberge a procédé à l’annonce à l’école secondaire de Chambly, dans sa circonscription du même nom, école qui obtiendra 10 millions $ pour un agrandissement qui lui permettra d’intégrer les classes de 4e et 5e secondaire.

L’annonce comprenait le dévoilement des sommes consenties pour la Montérégie, où 22 projets issus des sept commissions scolaires du territoire recevront un total de 154 millions $. La présidente de la commission scolaire des Patriotes, Hélène Roberge, a salué l’annonce, faisant valoir que son réseau avait des besoins pressants, et ce, depuis plusieurs années.

«Nous prévoyons accueillir à la prochaine rentrée près de 700 élèves de plus que ce que nous avons cette année dans nos 58 établissements scolaires, dont plus de 400 au niveau secondaire seulement et cette croissance, à la commissions scolaire des Patriotes, on la vit depuis neuf ans maintenant», a-t-elle raconté.

Chacune des régions de la province fera l’objet d’une annonce distincte dans les semaines à venir.

____

Sommes consenties aux CS de Montérégie:

– Commission scolaire de Sorel-Tracy (1 projet): 8 552 610 $

– Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (3 projets): 16 101 835 $

– Commission scolaire Marie-Victorin (5 projets): 42 357 652 $

– Commission scolaire des Grandes-Seigneuries (2 projets): 20 582 532 $

– Commission scolaire Vallée-des-Tisserands (3 projets): 23 740 505 $

– Commission scolaire des Trois-Lacs (5 projets): 27 415 722 $

– Commission scolaire des Patriotes (3 projets): 15 345 950 $

Pierre Saint-Arnaud, La Presse canadienne