National

Ratification de l’ACEUM: Lighthizer promet de travailler avec les démocrates

Ratification de l’ACEUM: Lighthizer promet de travailler avec les démocrates
Photo: APRobert Lighthizer

OTTAWA — Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, assure qu’il travaillera de façon constructive avec les démocrates pour faire tout ce qui est possible afin que le nouvel accord de libre-échange nord-américain soit ratifié à Washington.

Dans son témoignage devant le Comité sénatorial des finances, mardi, M. Lighthizer a pris cet engagement dans le cadre des efforts de la Maison-Blanche pour que l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) soit finalement ratifié par un Congrès très divisé sur la question.

Cette comparution de M. Lighthizer au Sénat intervient deux jours avant une rencontre entre le premier ministre Justin Trudeau et le président Donald Trump, à la Maison-Blanche, pour redonner une impulsion à la ratification de l’accord conclu l’automne dernier.

Le sénateur de l’Oregon Ron Wyden, responsable démocrate au sein du Comité sénatorial des finances, a réitéré mardi que le nouvel accord manquait de mordant au chapitre des normes du travail au Mexique — des lacunes que son parti et lui souhaitent corriger.

Le Mexique a adopté un vaste projet de loi sur la réforme du travail qui prévoit une augmentation des salaires et donne plus de pouvoirs aux syndicats — des changements que le Canada et les États-Unis avaient tous deux préconisés lors de la renégociation très ardue de l’ALENA.

Le gouvernement Trudeau s’est dit satisfait des réformes mexicaines, mais aux États-Unis, certains démocrates estiment qu’il reste encore beaucoup à faire pour éviter que des emplois, en particulier dans le secteur automobile, ne continuent de migrer vers le Mexique, où les salaires sont historiquement beaucoup plus bas.

Le sénateur Wyden a déclaré mardi que ses collègues démocrates et lui souhaitaient une approche coopérative qui donnerait au Mexique des ressources et une assistance technique afin d’appliquer avec rigueur les dispositions relatives au travail.

«Nancy la folle»

Dans un témoignage ultérieur, M. Lighthizer a déclaré qu’il n’approuvait pas ce plan — ni aucun autre —, mais tout au long de sa comparution, qui a duré plus de deux heures, il a clairement indiqué qu’il souhaitait travailler de façon constructive afin de réduire la fracture partisane à Washington et de faire ratifier l’ACEUM.

Il a décrit avec beaucoup de générosité ses liens avec la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, qui détient la clé pour que tout projet de loi de ratification soit présenté à la chambre basse du Congrès — première étape vers l’approbation législative de l’accord aux États-Unis.

Le président Trump a déjà appelé Mme Pelosi «Nancy la folle» et a récemment déclaré que les retards au Congrès étaient en partie dus au fait qu’elle ne pouvait pas comprendre cet accord complexe.

Des chefs d’entreprise canadiens exhortent d’ailleurs M. Trudeau à rencontrer Mme Pelosi, car elle joue un rôle de premier plan dans la présentation d’un projet de loi de ratification à la Chambre.

Le premier ministre a lui-même déposé le mois dernier au Parlement le projet de loi de ratification, qui chemine à la Chambre des communes, mais les travaux doivent être ajournés vendredi pour l’été — et avant les élections fédérales d’octobre. Le gouvernement pourrait toutefois rappeler le Parlement pendant l’été afin de ratifier l’accord.

Le Congrès américain a aussi ses échéances estivales, avant la pause du mois d’août. Après cela, de nombreux observateurs se demandent si les législateurs américains n’auront pas la tête ailleurs, considérant le marathon vers l’élection présidentielle de 2020.

Le Sénat mexicain, quant à lui, est sur le point de ratifier le nouvel accord dans les prochains jours. Il étudie le projet de loi en session extraordinaire.

Mike Blanchfield, La Presse canadienne