National

Des Repaires jeunesse du Canada obtiennent de la naloxone

Des Repaires jeunesse du Canada obtiennent de la naloxone
Photo: Kevin Bissett / La Presse Canadienne

CALGARY — Des Repaires jeunesse du Canada de partout au pays recevront gratuitement un médicament permettant de renverser les effets d’une surdose d’opioïdes.

L’organisation jeunesse a annoncé un partenariat de trois ans avec Adapt Pharma Canada, qui fabrique le Narcan, ou chlorhydrate de naloxone.

Le vaporisateur nasal sera disponible dans 700 Repaires jeunesse du pays.

Ceux-ci peuvent être situés notamment dans des maisons des jeunes, des refuges d’urgence, des foyers de groupe ou des écoles secondaires.

Jeff Dyer, PDG de la section de Calgary des Repaires jeunesse, a déclaré que le personnel était déjà formé pour l’injection de naloxone et que le vaporisateur nasal serait beaucoup plus facile à administrer.

Selon M. Dyer, trois jeunes impliqués dans les Repaires de Calgary sont décédés l’année dernière après avoir consommé des drogues contenant du fentanyl, un puissant opioïde.

La naloxone leur aurait sauvé la vie, a-t-il ajouté.

«Sans aucun doute, à l’avenir, cela pourra en sauver beaucoup plus», a indiqué M. Dyer.

«Nous ne maîtrisons pas la crise des opioïdes dans notre pays. C’est donc un moyen d’y remédier dans l’intervalle.»

Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, les intoxications par opioïdes ont augmenté de 53 pour cent chez les jeunes de 15 à 24 ans entre 2013 et 2017.

M. Dyer a noté que plusieurs jeunes de son organisation sont particulièrement vulnérables, car ils doivent souvent faire face à des problèmes d’itinérance et des traumatismes.

Le vaporisateur sera gardé sous clé et sous la supervision du personnel des Repaires jeunesse. Mais dans certains cas, lorsque les jeunes sont sans abri ou vivent seuls, M. Dyer a expliqué qu’on pouvait leur donner le médicament à prendre avec eux au cas où eux-mêmes ou quelqu’un qu’ils connaissent sont victimes d’une surdose.

Le directeur général d’Adapt Pharma a déclaré que le partenariat était important.

«Cela signifie que nous sommes en mesure de toucher encore plus de jeunes de nos communautés et de nous assurer que les ressources et les informations dont ils ont besoin sont facilement accessibles», a déclaré David Renwick dans un communiqué.

«L’objectif est d’avoir autant de naloxone que possible dans la communauté.»

Lauren Krugel, La Presse canadienne