National

Rencontre Trudeau-Trump: cinq choses à surveiller

Rencontre Trudeau-Trump: cinq choses à surveiller
Photo: La Presse canadienne/Justin TangLe président américain, Donald Trump, et le premier ministre canadien, Justin Trudeau

WASHINGTON — Le premier ministre Justin Trudeau passe la journée à Washington pour une réunion avec le président Donald Trump à la Maison-Blanche et pour rencontrer des représentants républicains et démocrates sur la colline du Capitole. Voici cinq choses à surveiller:

1. Mettre fin à l’incertitude sur la question du commerce

M. Trump a imposé une renégociation acrimonieuse de l’Accord de libre-échange nord-américain au Canada et au Mexique, et après plus d’un an de négociations acharnées, tout le monde a survécu. Les dirigeants des trois pays ont signé l’accord à la fin de l’année dernière, mais la ratification légale finale demeure un obstacle important — surtout aux États-Unis. Donald Trump a insulté la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui détient essentiellement les clés de la ratification. Mais Robert Lighthizer, représentant américain au commerce, n’a pas ménagé ses efforts pour trouver des solutions. M. Trudeau cherchera probablement à persuader Mme Pelosi que si l’accord est assez bon pour les libéraux du Canada, peut-être que les démocrates américains pourront l’approuver aussi. Nous ne saurons probablement pas avant des semaines si M. Trudeau aura réussi. Mais un test consistera à savoir si la question sera examinée par le Congrès avant la fin du mois de juillet, au moment où il suspendra ses activités pour l’été.

2. Aider deux Canadiens en grande difficulté en Chine

Deux Canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor, croupissent derrière les barreaux en Chine depuis plus de six mois. Leur arrestation est largement perçue comme des représailles de l’arrestation, par le Canada, de Meng Wanzhou, dirigeante de Huawei, à Vancouver, en vertu d’un mandat d’extradition américain. Les dirigeants chinois ont snobé M. Trudeau et ses ministres, mais M. Trump maintient la ligne dure avec la République populaire dans une escalade de guerre commerciale qui bouleverse l’économie mondiale. Lors d’une visite à Ottawa le mois dernier, le vice-président américain Mike Pence a déclaré que M. Trump presserait le président chinois Xi Jinping à libérer les Canadiens lors du sommet des dirigeants du G20 au Japon, la semaine prochaine. M. Trump révélera-t-il ses plans au sujet de cette faveur à M. Trudeau?

3. Gagner aux yeux des Canadiens

La gestion des relations avec les États-Unis, principal partenaire commercial du Canada, voisin, ami proche et allié, est sans doute l’un des emplois les plus importants d’un premier ministre. M. Trudeau a eu des difficultés avec M. Trump. Le président américain l’a insulté sur Twitter après avoir quitté le G7 au Québec l’année dernière, et il a imposé des droits de douane très élevés sur l’acier et l’aluminium aux importations canadiennes, comme monnaie d’échange lors des négociations de l’ALÉNA. Tout cela pourrait sembler être de l’histoire ancienne à l’issue de la rencontre. Les sous-textes, le langage corporel, les mots, chaque interaction entre les deux hommes seront examinés de près lorsqu’ils se serreront la main et échangeront des remarques au bureau ovale. Ce qui compte pour Justin Trudeau — et pour le chef conservateur Andrew Scheer — est la façon dont les Canadiens interpréteront cela quand ils se rendront aux urnes en octobre.

4. Huawei: oui ou non?

L’administration Trump est claire: le géant des télécommunications chinois est une menace pour la sécurité nationale et ne fournira aucun des équipements pour le réseau 5G de la prochaine génération aux États-Unis. L’administration Trump ne veut pas non plus que le Canada ou ses alliés utilisent Huawei. Le gouvernement Trudeau prend son temps pour décider. M. Trudeau et le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, ont répété à maintes reprises qu’ils prendraient une décision fondée sur des preuves, selon l’avis de leurs experts en sécurité nationale. Cela n’arrivera probablement pas avant les élections d’octobre, cependant. M. Trump abordera l’enjeu avec M. Trudeau quand ils parleront en privé. En public, attendez-vous à ce que rien ne change.

5. Et un peu de basketball…

En plus de tenter de sauver l’économie nord-américaine et de protéger des emplois, M. Trudeau aura l’occasion de se réjouir d’avoir gagné son pari avec Nancy Pelosi au sujet de la finale de la NBA, qui a vu les Raptors de Toronto l’emporter sur les Warriors de Golden State. M. Trudeau ouvrira-t-il la bonne bouteille de vin californien qu’il est susceptible de recevoir? Plus important peut-être, M. Trump révélera-t-il s’il envisage d’inviter les champions à la Maison-Blanche, conformément à ce qui est maintenant une tradition souvent controversée?

Mike Blanchfield, La Presse canadienne