National

Établissement Leclerc: un accès aurait été refusé au député Leduc de QS

Établissement Leclerc: un accès aurait été refusé au député Leduc de QS
Photo: CourtoisieLe député de Québec solidaire, Alexandre Leduc, lors dune mêlée de presse en février dernier.

MONTRÉAL — Le député de Québec solidaire (QS) Alexandre Leduc affirme que la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a refusé sa demande d’accès à l’Établissement Leclerc situé dans le quartier Saint-François, à Laval, afin qu’il puisse constater les conditions de détention qui y prévalent.

Le député d’Hochelaga-Maisonneuve, qui est porte-parole de QS en matière de Sécurité publique, a donc transmis une demande identique à la ministre de la Justice, Sonia LeBel, et à sa collègue responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, et attend leur réponse.

Le mois dernier, la Ligue des droits et libertés réclamait du gouvernement du Québec des gestes concrets pour améliorer les conditions de détention des femmes séjournant à l’Établissement Leclerc.

Louise Henry, qui venait d’en sortir et qui a initié un mouvement de dénonciation, a déclaré que les conditions y sont misérables et qu’elles mettent en péril la santé et la sécurité des femmes. Elle a précisé qu’il y avait des fouilles à nu abusives, de l’eau non potable, des infestations d’insectes, du confinement dans les cellules pendant de longues périodes et une insalubrité générale.

Le 30 avril dernier, 28 femmes détenues à l’Établissement Leclerc avaient envoyé une mise en demeure à la direction faisant état de graves violations de leurs droits fondamentaux et dénonçant leurs conditions de détention.

Le député Leduc soutient que les conditions présumées à l’Établissement Leclerc ne sont pas dignes et que les détenues sont des citoyennes ayant droit au respect.

Eve-Marie Lacasse, coordonnatrice de la Ligue des droits et libertés, a signalé le mois dernier que la mise en demeure du 30 avril faisait douter des déclarations du ministère de la Sécurité publique selon lesquelles des améliorations avaient été apportées et que les conditions de détention étaient devenues acceptables.

Mme Lacasse signale que les femmes incarcérées ne peuvent attendre les dix ans prévus pour la construction d’une nouvelle prison.

 

La Presse canadienne