National

Un comité sénatorial encourage le «système bancaire ouvert»

Un comité sénatorial encourage le «système bancaire ouvert»
Photo: Sean Kilpatrick/La Presse canadienneLa Banque du Canada

OTTAWA — Un comité sénatorial recommande qu’Ottawa adopte un cadre de système bancaire ouvert, qui permettrait aux tiers, comme les entreprises en démarrage du secteur des technologies financières, d’accéder aux données bancaires pour développer des services innovants.

Le système bancaire ouvert fait généralement référence à un cadre permettant aux consommateurs d’avoir accès à leurs données financières et de pouvoir les contrôler.

Dans un rapport qui vient d’être publié, le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce conclut que le Canada risque de prendre du retard par rapport à d’autres pays «s’il ne saisit pas maintenant l’occasion de créer un environnement réglementaire propice à un système bancaire ouvert».

Le comité formule plusieurs recommandations sur la manière dont Ottawa devrait procéder. Il recommande notamment que le gouvernement fédéral adopte des modifications aux lois sur la protection des renseignements personnels afin de les moderniser et de donner la priorité à la protection des consommateurs, notamment en leur conférant le droit d’autoriser la transmission de leurs renseignements financiers personnels d’une organisation à une autre.

Le comité recommande aussi la création d’un registre des fournisseurs tiers accrédités pour le système bancaire ouvert, ainsi qu’un «bac à sable» de l’innovation, afin de permettre à ces fournisseurs de développer et de mettre à l’essai en toute sécurité la technologie applicable au système bancaire ouvert.

«Les consommateurs canadiens ayant rapidement adopté les nouvelles technologies bancaires, telles que l’agrégation de données et les robots-conseillers, les entreprises de technologie financière ont dû trouver un moyen pour accéder à ces données facilement et de façon intégrée, lit-on dans le rapport. À l’heure actuelle, elles ont recours à la « capture de données d’écran » (…) Bien que ce soit pratique, les clients n’ont aucun contrôle sur la portée ou la durée de l’accès de l’application à leurs données, et ils n’ont aucun contrôle sur l’utilisation faite de leurs données.»

Le ministère fédéral des Finances a officiellement lancé en février une consultation sur le système bancaire ouvert, déjà mis en place dans d’autres pays comme le Royaume-Uni et l’Australie. L’Association des banquiers canadiens soutient l’innovation dans le secteur des services financiers, mais elle rappelle que les risques, tels que la protection de la vie privée, doivent être atténués.

La Presse canadienne