National

Trudeau critique Singh pour la lettre aux députés français contre l’AECG

Trudeau critique Singh pour la lettre aux députés français contre l’AECG
Photo: Josie Desmarais/MétroLe Premier ministre Justin Trudeau (au centre) et le président du Conseil européen, Donald Tusk (à sa gauche) visitent le Port de Montréal.

MONTRÉAL — Le premier ministre Justin Trudeau a critiqué les néo-démocrates, jeudi, après que le chef Jagmeet Singh a encouragé les députés français à rejeter l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (UE).

Jagmeet Singh et la chef du Part vert, Elizabeth May, ont signé cette semaine une lettre exhortant les élus français à ne pas ratifier l’Accord économique et commercial global (AECG), conclu en octobre 2016. À l’issue d’un sommet UE-Canada, à Montréal, M. Trudeau a demandé jeudi avec qui le Canada pourrait bien commercer librement sinon avec ses alliés européens. Le premier ministre a qualifié la position du Nouveau Parti démocratique de «malheureuse».

Jusqu’à présent, moins de la moitié des 28 États membres de l’UE ont ratifié l’AECG, qui est néanmoins entré en vigueur à titre provisoire en septembre 2017. À Paris, l’Assemblée nationale devait ratifier l’accord mercredi, mais après des débats houleux, les députés ont décidé de reporter le vote à mardi prochain. 

Le Parlement canadien a déjà ratifié l’accord, avec le soutien des libéraux et des conservateurs, mais sept politiciens canadiens et québécois — y compris la députée de Québec solidaire Catherine Dorion — ont envoyé cette semaine une lettre aux députés français pour les exhorter à rejeter l’AECG. Les associations d’entreprises, le ministre Carr et son collègue des Infrastructures et des Collectivités, François-Philippe Champagne, ont qualifié cette initiative de décevante.

L’AECG élimine les droits de douane sur la grande majorité des produits circulant entre le Canada et l’UE. L’AECG donne aux entreprises canadiennes un accès privilégié à 500 millions de consommateurs européens et à un marché de 24 milliards $ dans les 28 pays de l’UE.

Les gagnants et les perdants varient selon les secteurs et les pays. En 2018, les exportations canadiennes vers l’UE ont augmenté de 7 pour cent, pour atteindre plus de 44 milliards $; l’aluminium, les véhicules automobiles et les pièces ont enregistré les gains les plus importants. Par contre, l’Alliance canadienne du commerce agroalimentaire soutient que ces exportations vers l’UE ont chuté de 10 pour cent depuis l’entrée en vigueur de l’AECG en 2017.

Sauver l’Organe d’appel de l’OMC

Le premier ministre Trudeau et le président du Conseil européen, Donald Tusk, ont clôturé jeudi le sommet Canada-UE en s’engageant notamment à trouver des moyens de préserver l’Organe d’appel de l’Organisation mondiale du commerce, qui est menacé de paralysie en décembre si l’administration de Donald Trump ne nomme pas de nouveaux membres.

M. Trudeau a déclaré que le Canada souscrivait au plan de l’UE visant à mettre en place une autre version de l’Organe d’appel, afin de contrer le refus «particulièrement préoccupant» des États-Unis de nommer de nouveaux membres. «Un mécanisme de résolution des différends crédible et fonctionnel est essentiel à notre succès en tant que nation commerçante», a déclaré M. Trudeau.

«Nous travaillons avec l’Union européenne pour trouver une solution provisoire. Après ce sommet, nous sommes sur le point de finaliser un accord qui contribuerait à préserver la fonction d’un système de recours au sein de l’OMC jusqu’à ce que nous trouvions une solution plus permanente.»

Cecilia Malmström, commissaire européenne au Commerce, a déclaré à La Presse canadienne que la Nouvelle-Zélande dirigerait une initiative, lors de la réunion du Conseil général de l’OMC la semaine prochaine, pour sauver l’Organe d’appel. «Nous devrons peut-être planifier des mesures d’urgence, avec d’autres partenaires, pour nous entendre sur quelque chose qui correspondrait au système existant, afin d’assurer une stabilité et une prévisibilité pour nos entreprises.»

Mme Malmström a également félicité le ministre canadien du Commerce international, Jim Carr, d’avoir dirigé une douzaine de pays aux vues similaires — mis à part les États-Unis — pour réformer l’OMC.

Lors de ce sommet de deux jours à Montréal, MM. Trudeau et Tusk se sont présentés à maintes reprises comme des remparts contre un ordre mondial assailli — lire: par le protectionnisme de l’administration Trump. Mais c’était le spectacle du rassemblement républicain de mercredi soir, où des partisans ont scandé «Renvoyez-la! Renvoyez-la!» quand le président a fait référence à la représentante Ilhan Omar, qui a forcé MM. Trudeau et Tusk à pointer du doigt Donald Trump.

Christopher Reynolds, La Presse canadienne