National

Attaques partisanes en prévision de la campagne électorale de septembre

Attaques partisanes en prévision de la campagne électorale de septembre
Photo: Jonathan Hayward/La Presse canadienneGinette Petitpas Taylor

OTTAWA — En plein mois de juillet, une ministre fédérale et un député conservateur se sont inspirés du guide alimentaire pour croiser le fer.

La convocation pour la conférence de presse de Ginette Petitpas Taylor était signée par le bureau de recherche du caucus du Parti libéral plutôt que par le bureau de la ministre, annonçant un exercice bien partisan lundi matin à Ottawa.

Mme Petitpas Taylor a voulu revenir sur les commentaires de mercredi dernier du chef conservateur. Andrew Scheer s’adressait alors à la réunion annuelle des producteurs laitiers du Canada, à Saskatoon, quand il s’en est pris au peu de place que le nouveau guide alimentaire fait au lait.

M. Scheer a affirmé que le processus pour élaborer ce guide publié en janvier avait «des lacunes» et qu’il ne reflétait pas ce que «la science nous dit».

Lundi, la ministre fédérale de la Santé n’a pas hésité à brandir le spectre du gouvernement conservateur passé et de son antipathie connue pour la science.

«Est-ce que Andrew Scheer s’engage à laisser les faits et la science être les fondements du guide alimentaire plutôt que de laisser les politiciens conservateurs choisir ce qu’il contient?», a réclamé Mme Petitpas Taylor.

«Ceci n’est pas seulement à propos du guide alimentaire, c’est à propos de leurs positions sur la science et les faits (…) C’est seulement un autre exemple de ce dont aurait l’air un gouvernement conservateur de Harper ou un gouvernement conservateur de Scheer quand ils ne tiennent pas compte de la science», a accusé la ministre en répétant à plusieurs reprises qu’elle avait été «choquée» par les déclarations du chef conservateur.

«C’est effectivement des mensonges», a-t-elle reproché.

Le député conservateur qui lui a offert la réplique a préféré jouer dans un autre registre.

Questionné sur la position de son parti sur le guide alimentaire canadien, Pierre Poilievre a choisi comme arme la taxe sur le carbone.

«La nourriture qui est bonne pour la santé devient de plus en plus chère. Une des raisons pour lesquelles on voit ça, on ne peut pas le nier, c’est la taxe sur le carbone», a argué le député Poilievre. «La taxe sur le carbone s’applique aux camionneurs et aux agriculteurs. Donc, quand on met une taxe sur le carbone, on met une taxe sur le coût de la vie et surtout sur l’épicerie», a-t-il insisté.

Cette taxe, Ottawa l’impose aux provinces qui n’ont pas de plan pour lutter contre les changements climatiques. Le Québec n’y est donc pas soumis.

L’attaque et la réplique de lundi donnent déjà le ton à la campagne électorale qui approche.

On a d’ailleurs annoncé que Gerald Butts reprend du service. Le conseiller de Justin Trudeau qui avait démissionné de son poste au bureau du premier ministre dans la foulée de l’affaire SNC-Lavalin fera partie de l’équipe de campagne du Parti libéral du Canada.

C’est cette annonce qui a motivé l’apparition publique du député conservateur lundi.

«L’architecte du scandale SNC est maintenant dans l’équipe», a tonné le député Poilievre.

Selon lui, l’ancienne procureure générale Jody Wilson-Raybould a été punie par MM. Butts et Trudeau «pour avoir tenu à ses principes».

Mme Wilson-Raybould a refusé de commenter l’implication de M. Butts dans la campagne libérale.

«Nous sommes très contents que Gerry va faire partie de notre équipe, de notre campagne de 2019. Il nous a aidés énormément durant la campagne de 2015», s’est contenté de rétorquer la ministre Petitpas Taylor. Elle a dit ignorer pour le moment le rôle exact qu’occupera M. Butts dans la prochaine campagne.

Lina Dib, La Presse canadienne