National

V Télé: Québec ferme la porte à une intervention, comme l’exige Québecor

V Télé: Québec ferme la porte à une intervention, comme l’exige Québecor

MONTRÉAL — Le gouvernement Legault n’entend pas intervenir pour bloquer l’achat par Bell de la chaîne généraliste francophone V des mains de Groupe V Média, comme le demande Québecor, qui s’oppose vigoureusement à cette transaction.

Dans un courriel transmis jeudi, Mathieu St-Amand, l’attaché de presse du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a souligné qu’il s’agissait d’une «transaction commerciale entre deux entreprises privées».

«Les instances réglementaires concernées auront à se prononcer sur la transaction», a-t-il écrit, en réponse aux questions de La Presse canadienne.

Par voie de communiqué, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, qui n’était pas disponible pour accorder des entrevues, a estimé que Bell, «né d’un monopole», ne vise qu’à «le recréer avec un modèle d’affaires abolissant toute concurrence».

Ainsi, l’homme d’affaires demande à Québec d’intervenir pour empêcher cette transaction — dont le prix n’a pas été dévoilé et qui sera analysée par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

«L’acquisition d’une chaîne généraliste francophone accentuera non seulement la dominance de Bell, mais empêchera les autres joueurs de rivaliser sur les plans de l’acquisition de contenu et de l’offre publicitaire aux annonceurs», a-t-il fait valoir, soulignant au passage que son entreprise allait «faire les représentations qui s’imposent auprès des instances concernées».

À la suite d’une injection de capital en 2014, Investissement Québec, la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ détiennent conjointement 45 pour cent de Groupe V Médias. La famille Rémillard contrôle le reste.

Il manquait une chaîne généraliste francophone à Bell, déjà très présent dans le paysage médiatique au Québec et dans le reste du Canada grâce à ses nombreuses stations de radio ainsi qu’autres chaînes de télé, dont celle de langue anglaise CTV.

Au petit écran, les deux conglomérats s’affrontaient déjà dans certains créneaux spécialisés, dont le sport, mais dans la langue de Molière, Bell n’était pas propriétaire d’un véhicule lui permettant de rivaliser avec TVA, qui appartient à Groupe TVA, filiale de Québecor.

Dans le marché québécois, en plus de ses 25 stations radiophoniques, Bell est aussi propriétaire du Réseau des sports, Canal D, Canal Vie, Z, VRAK, Investigation, Super Écran, Cinépop et la chaîne anglophone CTV Montréal.

Peu surpris de l’opposition de M. Péladeau, Pierre C. Bélanger, professeur titulaire au département de communications de l’Université d’Ottawa, a rappelé que si V ne passe pas dans le giron d’un joueur aux reins solides comme Bell, son avenir ne s’annonce pas reluisant.

«Pour V, de toute évidence, ça ne se bousculait pas sur le plan des acheteurs potentiels, a-t-il expliqué au cours d’un entretien téléphonique. Il faut avoir les moyens et une foi inébranlable en la télévision traditionnelle en 2020 pour se porter acquéreur d’une chaîne traditionnelle comme V.»

D’après Adam Shine, de la Financière Banque Nationale, Bell a payé entre 20 millions $ et 30 millions $ pour V, qui a affiché une perte d’exploitation de 2,4 millions $ pour l’année qui s’est terminée le 26 août 2018. L’analyste croit toutefois que le conglomérat pourrait tirer profit des pertes fiscales générées par la chaîne anciennement connue sous le nom de TQS au cours des dernières années.

Environ 165 employés sont concernés par l’acquisition de la chaîne V, mais pour l’instant, ni Bell ni Groupe V Média n’ont voulu spéculer sur leur avenir.

Mercredi, en commentant la transaction alors qu’il était de passage à Montréal, M. Fitzgibbon avait estimé que Bell devait augmenter la production de contenu francophone.

«J’ai eu la chance de parler aux gens de Bell avant l’annonce et leur engagement semble assez clair qu’ils veulent offrir plus de production, alors si c’est le cas, tant mieux», avait-il indiqué au cours d’une mêlée de presse.

Toutefois, l’an dernier, le CRTC avait refusé la demande du conglomérat qui voulait réduire son budget de contenu original francophone.

 

Entreprises dans cette dépêche: (TSX:QBR.B, TSX:BCE)

Julien Arsenault, La Presse canadienne